Kumano Nachi Taisha   熊野那智大社

Date de publication :
La route pavée du Daimonzaka mène aux sites de Nachi.

La route pavée du Daimonzaka mène aux sites de Nachi.

Le temple du Seigandôji et la cascade Nachi no taki.

Le temple du Seigandôji et la cascade Nachi no taki (péninsule de Kii)

Temples en cascade

La route pavée de Daimonzaka serpente dans une forêt de cèdres avant d'aboutir au site de Nachi, rencontre entre le bouddhisme, le shintoïsme, et une nature souveraine.

C’est tout un complexe de temples et sanctuaires qui est perché sur les hauteurs de Nachi, au flanc sud-est du massif qui habite la péninsule de Kii. Il s’agissait autrefois du domaine des yamabushi, ascètes des montagnes célèbres dans la région, et les pèlerins y sont toujours nombreux.

Ce qu’ils viennent voir ici est caractéristique de Kumano : un culte syncrétique, mêlant bouddhisme, shintoïsme, et culte de la nature.

Le temple bouddhique du Seigantôji y est réputé être la plus ancienne structure de Kumano, fondé dit-on au IVe siècle (aux toutes premières heures du bouddhisme japonais) par un moine revenu d’Inde.

A côté, le sanctuaire Nachi Taisha fait partie des trois sites sacrés du shintoïsme local. Plusieurs de ses pavillons sont d’ailleurs réservés à un cercle restreint de prêtres, mais touristes et pèlerins peuvent accéder à la somptueuse pagode qui surplombe tout le complexe, offrant une vue imprenable sur la forêt de cèdres, l’océan, et une impressionnante cascade.

Nachi no taki (« la cascade de Nachi ») est probablement le plus ancien lieu de culte du site, le culte d’une nature imposante, violente, et habitée par les esprits. Et ce n’est pas un hasard si c’est au pied de cette chute d’eau – 133m, l’une des plus hautes du Japon – que furent bâtis les temples et sanctuaires de Nachi.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs