Amanohashidate   天橋立

Date de publication :
L'amanohashidate vu depuis le parc Kasamatsu

Par beau temps, on peut dire que l'amanohashidate et ses environs sont assez fréquentés.

Vue sur le Chion-in

Le Chion-in, sanctuaire des étudiants.

La promenade entre les pins de l'amanohashidate

Plage de sable blanc, pins et soleil, il n'y a pas à se demander pourquoi l'amanohashidate a autant de succès.

La plage de l'Amanohashidate

Les plages de sable blanc de l'Amanohashidate attirent aussi les baigneurs.

La pose rituelle pour l'observation du tombolo

Le matanozoki, pose rituelle d'observation du tombolo.

Du sable dans le ciel

Ce fin banc de sable résistant depuis des siècles à l’engloutissement par les flots de la baie de Miyazu exerce une véritable fascination sur les Japonais qui viennent en nombre tous les ans profiter de la vue de façon un peu particulière…

La péninsule de Tango et toute la côte nord du Chûgoku sont très prisées des habitants de Kyoto, Osaka, Kobe ou Tottori en quête d’aventure. Que ce soit pour faire la tournée des onsen à Kinosaki ou pour admirer des curiosités végétales comme à Amanohashidate. On peut en effet y observer un banc de sable (un tombolo plus précisément) de 3,6 km de long sur 10m à 40m de large couvert par des milliers de pins.

Prenez la pose

La popularité du "pont dans le ciel" (traduction littérale d'Amanohashidate) ne date pas d’hier, l’endroit fut en effet désigné par Hayashi Gahô, fin lettré du XVIIe siècle, comme l'un des trois plus beaux panoramas du Japon avec le torii du sanctuaire d'Itsukushima et l’archipel de Matsushima, au large de Sendai.

La coutume, appelée matanozoki, veut que les visiteurs se tiennent dos au tombolo (le cordon littoral), se penchent en avant et le regardent en mettant la tête entre leurs jambes : on a ainsi l’impression que le banc est un pont qui flotte dans le ciel.

Libellule de mer

Depuis la gare, on peut d’abord s’arrêter au temple Chion-ji, où l’on honore Monju, figure bouddhique de la sagesse, auquel les étudiants viennent demander le succès aux examens.

Le tombolo peut être directement admiré depuis le Mont Monju, où se trouve l’Amanohashidate View Land. Un téléphérique et un monorail permettent d’accéder à ce petit parc d’attraction depuis lequel on dit que le tombolo ressemble à une libellule en plein vol (850 ¥ pour les adultes et 450 ¥ pour les enfants).

Sur le pont d’Amanohashidate

La traversée du tombolo à pied est très agréable, surtout en été. On peut y admirer des pins aux formes étranges auxquels on a même attribué des noms. La traversée dure environ une heure selon le rythme des marcheurs. Il est aussi possible de louer des vélos près de la gare, la traversée prend alors une vingtaine de minutes.

Arrivé de l’autre côté, un petit sanctuaire mérite une visite : c’est le sanctuaire Kono, d’où seraient originaires les grandes divinités du panthéon shintô, Amaterasu et Toyoukehime, honorées dans le célèbre sanctuaire d'Ise (d’où son surnom Motoise, "origine de Ise").

Un téléphérique permet de monter au parc Kasamatsu, pour avoir la meilleure vue sur le banc même si la montée à pied est facile. C’est là que tous les jours des centaines de visiteurs effectuent la pose rituelle d’admiration du tombolo.

Aller plus haut

Les plus courageux peuvent continuer l’ascension et visiter le Nariai-ji, le vingtième huitième temple sacré du Chugoku (entrée : 500 ¥ pour les adultes et 200 ¥ pour les enfants). On peut aussi y accéder en bus ou en téléphérique. La vue y est en tout cas magnifique sur la baie et le temple, aux dimensions impressionnantes.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs