Accueil > Kyoto > Arashiyama - 嵐山

Arashiyama
嵐山

Arashiyama

Promenade sous les érables rouges.

Arashiyama

Bambouseraie d'Arashiyama.

Arashiyama

Pont d'Arashiyama.

Les rivières sous la lune

Arashiyama porte mal son nom. Littéralement la « montagne des tempêtes », le quartier est un hymne suave à la Nature. L'indécise rivière Oi le traverse et y rencontre le Togetsukyo, ou « pont sous la Lune ». Elle change alors de nom pour devenir la célèbre rivière Katsura. Le Togetsukyo offre un panorama saisissant de cet Eden à l'Ouest de Kyoto. Deux fois l'an, pétales carnés puis feuilles fauves descendent des collines plantées de cerisiers et d'érables pour moucheter les eaux sombres de la Katsura, arrachant aux promeneurs du pont des soupirs d'admiration.

Depuis les premières années de l'époque Heian (794-1192), empereurs et membres de la noblesse se pressent à Arashiyama pour célébrer le hanami. Cette contemplation des fleurs de cerisiers (sakura) ou d'abricotiers (ume) est une tradition chère aux Japonais. L'embrasement des érables (momiji) en novembre est l'occasion d'un nouvel émoi esthétique.

De nombreux seigneurs firent ici bâtir leurs palais et leurs villas. Un succès qui ne fut pas démenti au cours des siècles, comme en témoigne la magnifique Ôkôchi sansô du grand acteur de cinéma muet ÔKÔCHI Denjiro (1898-1962).

Le jardin du temple Tenryuji présente ses délices botaniques aux visiteurs qui plongent ensuite dans la toute proche forêt de bambous, mer végétale dont la traversée apaise les esprits. Les mimiques des macaques du Parc de singes dérident les plus chagrins et l'ascension nécessaire pour y arriver récompense les courageux par une magnifique vue sur l'ancienne capitale.

Songe d'une nuit d'hiver

Le soir tombé et les couleurs envolées, Arashiyama réserve de nouveaux délices aux promeneurs. La cuisine raffinée servie au Nishiki, luxueux restaurant sur un îlot de la rivière Oi, éveille les papilles. Au mois de décembre, le festival d'Hanatôro, ou « fête des lanternes », sublime le quartier d'un air de flûte. Un rêve à vivre les yeux grands ouverts.


Moyenne de 5 pour 5 notes

Bruno Boettcher

"sans oublier le village m^eme"

Avis écrit le 27 avril 2016
autant sur les pourtours et dans les temples on se sent enclin à la contemplation, autant le village meme est un amas d'attrappe touristes, et cela commence meme dans la garde de tram, meme, qui fait des efforts pour son design!

Tous les articles sur Kyoto

Sources thermales & bains publics
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.