Daitokuji   大徳寺

Date de publication :
Temple Daitokuji

Jizô du temple Daitokuji.

Temple Daitokuji

Temple Daitokuji sous les momiji.

Temple Daitokuji

Les allées de l'enceinte du temple Daitokuji.

Un havre de paix

A l’écart des flux de touristes, cette vaste enceinte bouddhique de Daitokuji, austère et apaisante, incite à une flânerie méditative jubilatoire. Ici, la beauté et l’éloge du simple convoquent pour guide le silence.

Par hasard, Nicolas Bouvier (1929-1998), l’écrivain voyageur suisse fidèle à L’Usage du monde, trouva ici à se loger au printemps 1964. Une improbable habitation au sein de l’un des sièges actuels de l’école Rinzai, branche du bouddhisme zen qui privilégie l’enseignement par le kôan (énigme illogique que le maître pose au disciple pour évaluer son état de spiritualité) et insiste sur le travail physique. 

Là, « j’ai pu, explique-t-il dans Chronique japonaise, louer – un coup de chance – un bâtiment dans l’immense enceinte du temple bouddhique du Daïtoku-ji. Littéralement traduite, notre adresse donne : « Pavillon de l’Auspicieux Nuage, Temple de la Grande Vertu, Quartier de la Prairie Pourpre, Secteur du Nord, Kyoto ». »

Fondé officiellement en 1324, ce cadre à la sobriété formelle comprend, à coté du sanctuaire et de la résidence du supérieur, vingt-trois temples secondaires, chacun doté d’un jardin zen qu’il soit constitué de mousses ou de paysage sec (karesansui) dont le Zuihô-in, temple dans lequel figure une étonnante composition minérale avec des roches en forme de croix, en hommage à un ancien propriétaire converti au christianisme. 

Après une contemplation méditative, le visiteur s’assoit sur un tatami, savoure un gâteau et boit du thé vert. Si cette douceur vous met en appétit, rejoignez, sans quitter le monastère, Izuzen, restaurant qui sert un goûteux déjeuner végétarien.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs