Daruma-dera/Horin-ji   達磨寺/法輪寺

Date de publication :
Daruma-dera

les Daruma du temple bouddhique Daruma-dera.

Daruma-dera

Un ema Daruma au Daruma-dera.

Contre les drames, les Daruma !

Intrigants, les bonhommes borgnes ou aveugles du Daruma-dera apportent une touche de magie au bouddhisme.

Havre de paix situé au cœur de Kyoto, près de Enmachi, ce petit temple bouddhique de la secte ésotérique shingon semble dédié à la statuette rondelette et rouge de Daruma. La foule étant souvent plus occupée à visiter les lieux sacrés classiques de la ville, s’y rendre permet de prendre son temps pour apprécier la grande diversité de Daruma qui y ont trouvé refuge. Le jardin, à l’arrière, permet de savourer quelques instants de tranquillité à l’écart des grandes artères de la ville. 

Les Daruma, dodues figurines qui ont fait la célébrité du temple, représentent Boddhidarma, le fondateur indien de la célèbre école bouddhique de méditation appelée zen au Japon. Elles ne comportent qu’un visage, ou un tronc enrobant une face moustachue, où les yeux restent blancs, sans pupilles. Elles furent vite adoptées par la culture populaire qui leur attribua la capacité d’exaucer les vœux. La tradition, qui perdure jusqu’à aujourd’hui, s’instaura alors d’acheter ces curieux personnages avant un événement important tel qu’une compétition ou une élection. Lors de l’acquisition, il est de coutume de peindre un premier iris au sein d’une des orbites vides, cet acte consistant à matérialiser le souhait. Si ce dernier se réalise, le Daruma a alors la chance de recouvrer entièrement la vue. 

Daruma de type Coréen, Daruma femelle et leurs compères exhibés ici prouvent que cette figure bouddhique n’est pas seulement rouge ! A partir de 1000 yens, les chanceux visiteurs peuvent repartir avec une petite statuette et l’espoir de voir leurs rêves se réaliser.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs