Doraku   道楽

Date de publication :
Doraku

Entrée du restaurant Doraku.

S’offrir le luxe d’un bentô

A la vue d’un sandwich ou d’un casse-croûte à une cinquantaine d’euros, nombre de fins gourmets européens détaleraient. A Doraku, le « fast-good-food » pèse son prix.

Les variétés infinies de bentô (boîte-repas) résultent généralement de l’imagination débordante des mères au foyer japonaises qui les préparent. Beignets frits, riz gluant, lamelles de légumes ou petits sushis… La « lunch-box » se décline en un art goûteux de la composition

A Kyoto, la plus belle expérience de bentô cultivant la tradition de la petite boite depuis… trois cent soixante-dix ans se vit à Doraku. Le repas coûte sensiblement plus cher qu’au combini du coin et la réservation est obligatoire à partir de deux personnes.

Expérience, dans ce lieu chargé d’histoire où les repas sont servis dans des salles privées avec tatamis, table basse et un petit air frais bienvenu lors des chaudes journées d’été. Halte de circonstance, tout près du Kiyomizu-dera, pour un petit plaisir qui ne flatte pas le porte-monnaie. Possibilité de prendre à emporter.


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs