Gion Matsuri   祇園祭

Date de publication :
Gion Matsuri

Défilé à l'occasion du Gion Matsuri.

Un char du festival de Gion

Un char du festival de Gion (Gion matsuri).

Le réveil de Gion

Attraction touristique majeure, fête populaire mais surtout célébration ancestrale, l’un des festivals les plus connus du Japon se tient en juillet à Kyoto, baignant la ville de soleil et d’immenses chars colorés.

Accueillant chaque année plusieurs milliers de visiteurs qui viennent animer ce paisible quartier, le Gion Matsuri a évolué tout en conservant ses us et coutumes populaires. En 863, alors que Kyoto est ravagée par une épidémie, l’Empereur décide d’organiser des rituels sacrés afin d’apaiser les kami (divinités du culte shintô). En plus des cérémonies qui se perpétuent, les festivités locales du Gion Matsuri s’inscrivent dans la tradition vivante de l’ancienne capitale impériale.

Solennel chigo

Inscrit, à l’Unesco, en 2009, au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, la cérémonie des chars du festival de Gion se tient du 1er au 29 juillet près du sanctuaire de Yasaka-jinja. Les trente-deux chars Yamahoko, véritables œuvres d’art ambulantes, sont exposés dans la ville, visibles par tous. Les Kyotoïtes distinguent les yama et les hoko : les vingt-trois yama dépeignent la mythologie japonaise à travers sculptures, costumes et draperies; les neuf hoko, qui peuvent atteindre huit mètres de haut, sont décorés de fines tapisseries anciennes. Après deux semaines d’exposition, les Yamakobo sont illuminés les nuits du 14, 15 et 16 juillet, lors du festival Yoiyama. Peut-être pourrez-vous alors assister au Byobu Matsuri, le festival du paravent, où les hôtes de maisons anciennes kyotoïtes ouvrent leurs portes aux visiteurs pour leur faire découvrir intérieurs et œuvres d’art.

Le clou du spectacle survient le 17 juillet, lorsque les chars transportant musiciens, artistes et personnages importants, paradent aux côtés des Japonais en yukata (léger kimono en coton) sur fond de musiques traditionnelles. Avec en tête, le Naginata Hoko, char le plus spectaculaire, marquant le retour du chigo, jeune garçon ayant incarné la divinité kami pendant les dix-sept premiers jours du festival.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Modifiez,s.v.p.

Je crois que le 2eme photo n'est pas celui de Gion Matsuri. Modifiez,s.v.p. [EDIT : nous avons modifié !]