Heian-jingu   平安神宮

Date de publication :
Le Heian-jingu à Kyoto fut érigé en l’honneur de l’ère Heian (794-1185), et de son fondateur, le cinquantième empereur du Japon, Kammu (737-806).

Le Heian-jingu à Kyoto fut érigé en l’honneur de l’ère Heian (794-1185), et de son fondateur, le cinquantième empereur du Japon, Kammu (737-806).

L’inauguration du Heian-Jingu eut lieu le 15 mars 1895 à l’occasion du 1100e anniversaire de la fondation de Kyoto.

L’inauguration du Heian-Jingu eut lieu le 15 mars 1895 à l’occasion du 1100e anniversaire de la fondation de Kyoto.

Hommage national

Dédié aux deux empereurs les plus chers aux Japonais, le Heian-jingu invite au rassemblement du peuple autour de son Histoire.

Encore aujourd’hui, le Heian-jingu fédère les foules. Il incarne la fierté japonaise d’une Histoire riche aux personnages fabuleux. Les empereurs constituent, à ce titre, des entités particulièrement révérées dans l’imaginaire populaire. Considérés comme dieux vivants jusqu’avant la Seconde Guerre mondiale, ils conservent bien souvent un rôle après leur mort. 

Nul besoin de se rendre sur le lieu de leur sépulture pour leur rendre hommage, des sanctuaires, plus accessibles et mieux adaptés aux cérémonies, leur sont spécifiquement consacrés. Ainsi, le Heian-jingu fut il érigé en l’honneur d’une période particulièrement chérie de l’Histoire japonaise, l’ère Heian (794-1185), et de son fondateur, le cinquantième empereur du Japon, Kammu (737-806). 

L’inauguration eut lieu le 15 mars 1895 à l’occasion du 1100e anniversaire de la fondation de Kyoto. Le sanctuaire shintô reprend l’architecture du Chodo-in, la salle d’audience du premier palais impérial de la ville, sur les fondations duquel se tient actuellement le centre de Kyoto. Son torii, portail rouge signifiant l’entrée dans un espace sacré, figure parmi les plus grands du Japon. 

En 1940, les Kyotoïtes décidèrent d’y révérer également le dernier empereur à avoir résidé à Kyoto, Komei (1831-1867), qui rejoignit alors l’empereur Kammu en tant que divinité du sanctuaire. Chaque année, les Japonais viennent de tout le pays afin de célébrer leur Histoire et ces deux figures fondatrices de leur nation et participent au Jidai Matsuri, le festival historique de Kyoto qui se tient en majeure partie à le Heian-jingu. 

Toutefois, le sanctuaire se visite très bien le restant de l’année et séduit par la majesté de ses bâtiments rouge et blanc, couleurs importées du bouddhisme chinois, et par son jardin. Ce dernier, typique de l’ère Meiji (1868-1912) a la particularité d’abriter certaines espèces rares de tortues, qu’il est possible de nourrir grâce aux marchands ambulants d’aliments spécialisés, placés autour des étangs. 

Un des fameux sanctuaires shintô de la capitale aux mille temples, le Heian-jingu honore le passé glorieux d’une ville devenue musée.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs