Kamigamo-jinja   上賀茂神社

Date de publication :
Kamigamo-jinja

Kamigamo-jinja sous la neige.

Kamigamo-jinja

Les cônes de sable, symboles du lieu.

Les sables du temps

Quel étrange paradoxe que cet endroit si paisible soit dédié à Kamo Wake-ikazuchi, la divinité shintô du tonnerre. La ville pourtant toute proche, semble être à des lieues. Seuls les oiseaux viennent rompre le silence en faisant vibrer l'air du majestueux Kamigamo-jinja de leur trilles enjouées.

Une longue allée rectiligne conduit le visiteur jusqu'au sanctuaire. Deux monumentaux torii (ces portails écarlates) se succèdent pour en marquer l'entrée. Sa construction, en 678, précède l'établissement de Kyoto comme capitale en 794, puis remplacée par Tokyo en 1868. 

Deux cônes de sables que les moines shintô érigent méticuleusement chaque matin sont les symboles du lieu. Parfois coiffés d'une branche de pin, ils auraient une fonction purificatrice en constituant un point de contact entre les kami (divinités shintô) et notre monde.

Le 15 mai de chaque année, conjointement avec son voisin le Shimogamo-Jinja, le sanctuaire accueille l'un des trois festivals majeurs de Kyoto, le Aoi Matsuri. Le reste de l'année, de nombreux fermiers viennent des campagnes environnantes offrir aux dieux quelques fruits de leur labeur. L’occasion d'apercevoir des daïkon (ces longs radis blancs typique de l'Asie orientale) à foison.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs