Kurama   鞍馬

Date de publication :
Kurama

Sanctuaire Ôsugi-gongen à Kurama.

Le funiculaire pour atteindre sans effort le sommet du Mont Kuramayama près de Kyoto.

Le funiculaire pour atteindre sans effort le sommet du Mont Kuramayama près de Kyoto.

Kurama

Promenade à Kurama.

L’échappée belle

«La veille encore à Kurama, nous étions montés vers le ciel sans prononcer le moindre mot, les mains nouées, rivés aux arbres immenses, saoulés d’azur et de lumière. »

Olivier Adam in Kyoto Limited Express.

Les maisons de quartiers résidentiels se succèdent et la métropole s’éloigne. Derrière les premiers reliefs se laisse deviner la montagne. Plus verte, plus grise, la banlieue défile le long de la ligne Eizan qui mène à Kurama, au nord de Kyoto. Mi randonnée mi promenade, la municipalité qui doit son nom au Kuramayama, dont le sommet culmine à 542 mètres, offre surtout quelques temples et un agréable chemin de randonnée. Au pied du fameux Mont se visite le Kuramadera édifié en 770, appartenant autrefois à l’école bouddhique Tendai, devenu indépendant au XXe siècle sous l’aile de l’école Kurama Kyô. 
A la sortie de la gare, déjà le chemin pentu se profile et déjà la micro-ascension commence. Si vous préférez garder des forces, vous pouvez prendre un funiculaire qui mène au sommet de la colline pour une centaine de yens, mais la randonnée n’est pas très exigeante. L’itinéraire offre dès mi-parcours le Honden, pavillon principal du complexe. Après une heure de balade revigorante au milieu de pins gigantesques et de petits ruisseaux, un sentier conduit au méconnu sanctuaire Ôsugi-gongen dissimulé par les arbres. Une fois là-haut, l’excursion peut surtout être poussée jusqu’au hameau de Kibune et son sanctuaire Kibune-jinja par une randonnée d’une trentaine de minutes, sur l’autre versant.

Doigts de pied en éventail face à la montagne

Mais rien n’empêche de prévoir une redescente une fois le sommet du Kuramayama atteint, pour se ressourcer au magnifique Kurama onsen, source chaude très bien tenue qui fait aussi office de ryokan, à une dizaine de minutes à pied de la gare. Et si par bonheur vous découvrez la région à l’automne, aux alentours de fin octobre, ne manquez pour rien au monde le spectaculaire – et réchauffant – Kurama-no-hi Matsuri, festival très impressionnant lors duquel des feux gigantesques sont allumés un peu partout dans la ville et où défilent également des hommes porteurs de torches autour du sanctuaire Yukijinja.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs