Mishimatei   三嶋帝

Date de publication :
Restaurant Mishimatei

Devanture du restaurant Mishimatei.

A la bonne chère

Avides de goût du passé, les salaisons de Mishimatei, ouvert en 1873, satisfont toute faim de loup. 

Avides de goût du passé, les salaisons de Mishimatei, ouvert en 1873, satisfont toute faim de loup. Le rez-de-chaussée faisant office de boucherie ovine, c’est à l’étage, dans des salles privées, que se déguste la chair bien tranchée. Quatre types de préparations s’offrent au gourmet. La plus populaire, à essayer, se dévoile sous le doux nom de sukiyaki

De fines tranches de viande, ainsi que des légumes, mijotent dans un goûteux bouillon. Le tout se dévore une fois trempé dans un bol avec un œuf cru. L’oilyaki, moins exotique, n’en est pas moins délicieux : il s’agit de cuire de petits steaks et de la verdure sur une plaque chauffante à peine badigeonnée d’huile. 

Enfin, le mizudaki et le mizore nabe, variantes shabu-shabu, marient également la viande à un bouillon, dans lequel elle n’effectue qu’un passage éclair. Quel que soit votre choix, comptez près de 10000 yens par personne pour régaler vos babines.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs