Musée Miho   ミホミュージアム

Date de publication :

L'entrée du musée Miho (à côté de Kyoto), un bâtiment souterrain imaginé par Ieoh Ming Pei.

La salle des antiquités greco-romaines du musée Miho (à côté de Kyoto).

Le bâtiment du musée Miho et la large baie vitrée donnent sur un paysage de pins et d'érables

Le bâtiment du musée Miho et la large baie vitrée donnent sur un paysage de pins et d'érables

Beauté exquise

Près de Kyoto, boisées de pins rouges, les montagnes de Shiga, classées parc naturel, hébergent un musée d’art oriental peu ordinaire, perdu dans des hauteurs souveraines.

Un tunnel, un pont à haubans, suspendu au-dessus d’une gorge et voici l’entrée monumentale du musée Miho. Enterré aux trois quarts, afin de préserver le site, l’édifice, inauguré en 1997, fut conçu par l’architecte américain d’origine chinoise Ieoh Ming Pei (né en 1917), auteur du Grand Louvre et de ses pyramides à Paris. Baigné de lumière naturelle, le bâtiment, dont la large baie vitrée donne sur un paysage de pins et d'érables, conserve un fonds de plus de mille pièces.

Musée pas sectaire

Un fonds constitué par Mihoko Koyama (1910-2003), richissime héritière et fondatrice de la secte messianique Shinji Shumeikai. C'est à sa demande que l’architecte a imaginé la représentation d’un Shangri-la, légendaire paradis terrestre situé dans une vallée cachée de l’Himalaya. 

Les trésors, réunis par la papesse de ce mouvement religieux à coups de chèques faramineux, ne se cantonnent pas à une thématique ou à une zone géographique.

Pièces majeures

L’aile nord présente des expositions temporaires consacrées aux éléments de l'esthétique japonaisecérémonie du thé, calligraphies, céramiques, laques, masques et statues bouddhiques. L’aile sud, elle, rassemble des centaines de pièces des civilisations sassanide, persane, égyptienne, romaine, chinoise... Un concentré d'histoire culturelle et cultuelle sur fonds de Routes de la soie, présenté dans une scénographie majestueuse.

Certaines, comme cette statue d'or et d'argent du dieu égyptien Râ, ou ce Bouddha miséricordieux pakistanais (IIe s.) pourraient faire pâlir de jalousie le musée du Louvre... Et les salles dédiées à la Chine et à l'Asie du Sud-Est sont notamment d'excellents moyens de découvrir les nombreuses influences de la culture persane sur l'art chinois, et de refaire la route de la propagation de la religion bouddhiste.


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs