Le quartier Shirakawa   白川

Date de publication :
Le canal de Shirakawa à Kyoto.

Le canal de Shirakawa à Kyoto.

Cerisiers et verdure sur fond de machiya dans le quartier de Shirakawa.

Cerisiers et verdure sur fond de machiya dans le quartier de Shirakawa.

Le quartier de Shirakawa à Kyoto à la tombée de la nuit.

Le quartier de Shirakawa à Kyoto à la tombée de la nuit.

Gion sans les foules

Bien qu’à quelques enjambées de la très fréquentée rue Hanami koji dori au cœur du célèbre quartier de Gion à Kyoto, Shirakawa est bien souvent un havre de paix. Il fait bon se promener le long de son canal et admirer ses saules-pleureurs centenaires, ses cerisiers en fleur et ses maisons traditionnelles.

Le quartier de Shirakawa, situé au nord de Gion, s’articule le long du petit canal de Shirakawa, traversé de ponts pittoresques et bordé de saules-pleureurs et de cerisiers. Au printemps, le rose pâle des fleurs de cerisiers et le vert tendre des saules forment un contraste ravissant. Des deux côtés du canal, les rues pavées avec leurs maisons en bois traditionnelles, appelées machiya, et leurs maisons de thé, appelées ochaya, transportent le visiteur dans le passé. Parfois, le bruit des geta, socques en bois, des geisha ou des maïko (apprenties geisha) foulant les pavés le tire de sa rêverie. 

Balade photogénique

Dans sa partie sud, le pont Tatsumi-bashi qui traverse la petite rivière Shirakawa (signifiant "rivière blanche" en japonais et appelée ainsi car elle est composée de sable et de granite), attire les touristes mais aussi les jeunes mariés qui viennent faire des photos-souvenirs à cet endroit si pittoresque. Ce pont et ses alentours sont devenus encore plus célèbres grâce au roman d'Arthur Golden "Mémoires d'une geisha" et de son adaptation au cinéma,  bien que les scènes de Gion aient été tournées près de Los Angeles.

À l’intersection des rues Gion-Shinbashi et Shirakawa-Minami se trouve le petit sanctuaire Tatsumi-Daimyojin. Il est dédié à la déesse Benzaiten, la déesse (entre autres) des arts, de l'éloquence et de l'eau.  Les maïko viennent donc la prier pour qu'elle les aide à parfaire leurs qualités artistiques.

Tout comme le reste de Gion, Shirakawa, fut et est encore un quartier dédié aux divertissements.  Plus on remonte le canal vers le nord, plus les maisons se font opulentes et les restaurants et bars onéreux. Souvent réservés à une clientèle d’habitués, le visiteur de passage se contentera d’admirer la scène, d’autant plus que le soir, les rues sont éclairées par les lumières des lanternes, ce qui lui confère une ambiance féérique.


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs