Accueil > Kyoto > Rivière Kamo - 鴨川

Rivière Kamo
鴨川

Rivière Kamo

Les berges de Kamogawa.

Kamogawa

La rivière Kamogawa sous le cerisiers.

Des canards plus très sauvages

« Dans mon dos la Kamo filait vers les montagnes mauves, partout les herbes gagnaient et mangeaient la rivière en plaques phosphorescentes. Sous le ciel électrique lézardaient des canards et des hérons, insensibles aux corbeaux et aux rapaces qui survolaient les lieux en décrivant de grands cercles. » 

Kyoto Limited Express, Olivier Adam et Arnaud Auzouy, 2010. 

Ligne de vie

Sur ses berges les vélos filent, les enfants débarquent et les jeunes s’évadent. Aux bords de la « rivière des canards sauvages » les hérons veillent, les chiens se baignent et les promeneurs s’attardent. Si propre et si calme, la Kamogawa (鴨川) dissimulerait presque le cadre dans lequel elle s’écoule, Kyoto l’Impériale, Kyoto l’animée, Kyoto riche de millions d’âmes qui pourrait la polluer, la dénaturer et la détourner de son lit fluvial. De ses 10km, la Kamo tranche la ville d’une balafre de nature et de vie, du nord au sud, abreuve la métropole et rappelle que le sous-sol de la région cache de nombreuses nappes phréatiques, tout près du lac Biwa. Vers Demachiyanagi au nord-est au Kamigamo-jinja « sanctuaire en amont de la rivière », le calme est dédié à la divinité shintô du tonnerre. En mai, avec le Shimogamo-jinja, « sanctuaire en aval », le temple organise l’Aoi Matsuri, l’un des plus grands festivals de Kyoto. Plus bas, les terrasses des restaurants à Pontocho et son architecture typique donnent directement sur le cours d’eau, là où les prix sont à la hauteur de la vue auxquels ils donnent accès. Les petits ponts, les berges et les maisons de bois se succèdent. Davantage au sud, le pont Keihan-shijo relie le Kyoto commercial à l’authentique Gion. Le jour et la nuit réunis, collés à deux rives opposées.

Trempette

Souvent les enfants s’éclaboussent, quelquefois des ballons tombent à l’eau, toujours les visiteurs sont surpris de voir que l’eau ne leur arrive qu’aux mollets. Malgré quelques rapides, le courant, léger, autorise une baignade d’autant plus méritée que les bords de la Kamo sont très fréquentés en été, par forte chaleur. Il ne reste plus qu’à changer de berge et… à remonter.


1 note de 5

Tous les articles sur Kyoto

Sources thermales & bains publics

Rivière Kamo
鴨川

Adresse :

sur une dizaine de kilomètres dans Kyoto

Accès :

au Nord, arrêt Demachiyanagi sur la ligne Keihan ; au centre de Kyoto arrêt Sanjo Keihan sur la ligne Tozai, puis promenez-vous à vélo ou à pied

Et aussi ...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.