Le Ryôzen Kannon, un statue géante dans Kyoto   霊山観音

Date de publication :
ryozen-kannon

Le Ryôzen Kannon est placé sous la protection de la déesse Kannon

cerisiers-ryozen-kannon

Le Ryôzen Kannon, un lieu propice au recueillement

Japan_050416_Ryozen_Kannon_01

Kannon, la déesse de la miséricorde et de la compassion

sphere-voeux

La sphère des voeux du Ryôzen Kannon

Un monument aux morts pour les morts de la guerre du Pacifique

Au regard des sites et monuments emblématiques du quartier historique d'Higashiyama, littéralement "la montagne de l'est", le temple Ryôzen Kannon fait figure d'outsider dans les itinéraires touristiques classiques. Cependant ce lieu révèle bien des surprises à ses visiteurs ; à commencer par son mémorial dédié aux soldats morts durant la seconde guerre mondiale.

Une visite hors des sentiers battus à Kyoto

Après une visite au fameux Kiyomizu-dera, les touristes arpentent bien souvent les ruelles de Sannenzaka et Ninenzaka pour s'imprégner de l'atmosphère traditionnelle du quartier d'Higashiyama en direction d'un autre monument incontournable, le temple Kodai-ji

Mais avant de filer vers ce dernier, en quittant la rue Ninnenzaka, nous vous prions de bien vouloir lever les yeux sur votre droite vers les hauteurs du quartier. Depuis les collines verdoyantes, Kannon, la déesse de la miséricorde vous contemple et vous adresse un sourire bienveillant. Bien que mesurant 24 mètres de hauteur, cette sculpture de la divinité d'un blanc immaculé, symbole du Ryôzen Kannon, passe encore bien trop souvent inaperçue auprès des touristes. L'apercevoir piquera à coup sûr votre curiosité et vous fera dévier de votre parcours de visite si bien rôdé. 


Promouvoir la paix et honorer la mémoire des soldats disparus. 

Inauguré en juin 1955, le Ryôzen Kannon est l'incarnation de l'espoir de paix d'un homme : Hirosuke Ishikawa.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, cet homme d'affaires et dirigeant du groupe Teisan, une compagnie de transport automobile (bus et taxi) créée en 1946, a souhaité promouvoir la paix et honorer la mémoire des soldats disparus

Pour ce faire, il fonde le Ryôzen Kannon, un temple bouddhiste veillant au repos des âmes des combattants, tout juste dix ans après la fin du conflit. 

Dans l'enceinte du temple, une chapelle, ornée de vitraux fait office de mémorial aux deux millions de soldats japonais et étrangers morts au cours des combats dans la zone Pacifique. Un service commémoratif y est ordonné quatre fois par jour. 

Ryozen_Kannon_Memorial

Mémorial aux soldats morts durant la seconde guerre mondiale

Ce monument dédié à la paix, bien loin d'être un monument nationaliste, rend particulièrement hommage aux soldats alliés et aux prisonniers de guerre morts au combat sous le contrôle de l'armée japonaise au cours du conflit. Les noms et dossiers de tous ces soldats sont consignés dans les tiroirs d'une grande bibliothèque située dans la chapelle. Un autel conserve également de la terre de chacun des cimetières militaires du Pacifique comme autant de preuves des trop nombreuses vies inutilement perdues.

Ryozen_Kannon_in_Kyoto

La déesse Kannon veille sur le quartier d'Higashiyama

Kannon, la déesse de la compassion

Hirosuke Ishikawa a fait le choix de placer le temple sous la protection de Kannon, une boddhisattva (être qui a atteint l’état d’éveil mais qui a choisi de mettre en sursis son statut de bouddha) incarnant la compassion. 

C'est d'ailleurs une gigantesque statue de cette dernière qui domine tout le site et se reflète dans le bassin central. Réalisée en béton armée, elle est l'oeuvre de Yamazaki Choûn (1867-1954), l'un des plus grands sculpteurs japonais du début du 20ème siècle. 

Postée sur le bâtiment central du temple, elle mesure 24 mètres de haut pèse près de 500 tonnes. Malgré d’imposantes dimensions, la déesse bouddhique n'inspire que bienveillance et quiétude aux visiteurs. 

En passant à gauche du hall principal et en empruntant un escalier à l'arrière de la sculpture, vous pouvez pénétrez à l'intérieur de celle-ci. Y sont enchâssées les douze statues gardiennes de la déesse ; chacune étant associée à un signe du zodiaque. Choisissez de faire votre prière devant celle qui correspond à votre date de naissance.


Le trésor bouddhique Nousashou-Nyoi-Houju

Das ces lieux particulièrement agréable en période de floraison des cerisiers, un autre trésor vous attend. Et nous parlons bien ici d'un trésor au sens propre : le trésor caché du bouddhisme ésotérique appelé Nousashou-Nyoi-Houju. Ce joyau sacré serait capable de supprimer la souffrance et permettrait à chacun de réaliser tous ses désirs. 

sphere-voeux

La sphère des voeux du Ryôzen Kannon

Ce trésor provenant du Nyoi-Houju, l'énergie cosmique qui insuffle la vie à tous les êtres vivants, se présente sous une forme sphérique

Deux théories se disputent l'origine de ce joyau : il aurait émergé de la tête de Ryuuou, le roi dragon ou aurait été fabriqué à partir de onze matériaux précieux dont les cendres de Bouddha, de l'or, de l'argent et diverses essences de bois. 

Il aurait été caché au cours de l'époque de Heian (794 - 1185) dans un lieu sacré. Un lieu qui correspond aujourd'hui à l'emplacement du Ryôzen Kannon ! 

Ne ratez donc pas l'occasion de prier l'orbe des vœux lors de votre visite. Si vous faites le tour de cette grande sphère dorée puis apposez votre main sur celle-ci en faisant votre vœux, celui se verra exaucé ! Une sphère des vœux qui aura sans nul doute fini de vous convaincre d'ajouter le Ryôzen Kannon à votre journée de visite !


Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs