Accueil > Kyoto > Saihoji / Kokedera : le Temple des mousses - 西芳寺 / 苔寺

Saihoji / Kokedera : le Temple des mousses
西芳寺 / 苔寺

Temple Kokedera

Jardin de mousse du temple Kokedera.

Pelouse de mousse au temple Kokedera.

Temple Kokedera

Vue sur l'étang du temple Kokedera.

Les mousses du jardin Saihoji (Kyoto).

Les mousses du jardin Saihoji (Kyoto).

Vue d'une tanhokutei, maison de la cérémonie du thé, sur le temple des mousses, Saiho-ji de mousses à Kyoto.

Vue d'une tanhokutei, maison de la cérémonie du thé, sur le temple des mousses, Saihoji de mousses à Kyoto.

Le premier jardin de méditation zen

Les végétaux marquent le passage des saisons. Près de cent vingt variétés de plantes velouteuses déclinent une palette infinie de couleurs, du vert jaune au vert foncé. Bienvenue au temple des mousses.

Le murmure du vent dissipe les brumes matinales. Ici, sur les contreforts méridionaux du Mont Arashiyama, se niche le jardin de Saihoji, temple des Parfums de l’Ouest, communément appelé Kokedera, littéralement « temple des Mousses ». Avant de fouler les sentes, les visiteurs sont initiés aux sutras (textes attribués au Bouddha ou à ses disciples immédiats). 

Epaisses et douces les mousses s’étirent au pied des érables, entre les racines d’arbres séculaires, s’étendent jusqu’aux bosquets de bambous. Les jardiniers les soignent avec une attention toute particulière. Dans ce jardin au calme claustral le geste devient ascèse.

A l’origine du jardin zen

Bien qu’essentiellement végétal, Saihoji est considéré comme le premier jardin de méditation zen. Dans sa partie supérieure, une composition de rochers représente une cascade. Ces quelques pierres vont révolutionner les codes esthétiques des traditions paysagistes. Par leur disposition, ils évoquent la nature : un volcan, une falaise rocheuse, une île. Ce premier « paysage sec » (kare-sansui) appelé jardin zen marque une étape dans l'évolution des jardins. Saihoji exercera une profonde influence sur de nombreux espaces dessinés postérieurement tels le pavillon d’Or ou Kinkakuji et le pavillon d’Argent ou Ginkakuji.

L’impermanence des formes

Pendant l’ère Nara (710-794), le religieux bouddhiste Gyôki (668-749) avait ici fait ériger un temple dédié au culte d’Amida, nom japonais du Bouddha Amitabha, « Lumière infinie » personnifiant l’énergie du lotus. Le domaine en ruine est converti en monastère zen par le moine MUSÔ Soseki (1275-1351) de l’école zen Rinzai. Il en redessine les plans en 1339. Lui est également attribuée la création de sept autres jardins dont le célèbre Tenryûji

Au XIXe siècle, la nature sauvage a repris le terrain avec la prolifération des mousses. Au lieu de les détruire, les moines les choient. Depuis rien n’a changé. Ce « jardin de mousses » n’est donc pas l’œuvre de MUSÔ mais celle d’une nature qui a repris possession de cette terre humide.

Du cœur à l’Unesco

Sur ce site, dans la partie basse, un jardin-promenade a pour centre un étang. Sa forme allusive correspond à l’idéogramme kokoro qui signifie cœur. Parsemé d’îlots de quiétude, il symbolise la nature intérieure de l’homme. 

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, classé « Paysage d'une particulière beauté » avec sa maison de thé du XVIe siècle (le Sonantei), le Saihoji fait figure de joyau au pays des trésors nationaux. Depuis 1977, ce temple n’est plus en libre accès au public afin de protéger son extraordinaire jardin couvert de cent vingt variétés de mousses. Le nombre de visiteurs est limité à une centaine par jour.


Moyenne de 5 pour 5 notes

Tous les articles sur Kyoto

Sources thermales & bains publics

Saihoji / Kokedera : le Temple des mousses
西芳寺 / 苔寺

Adresse :

56 Kamigayacho, Matsuo, Nishikyo-ku, Kyoto.

Téléphone :

+81 (0)75 391 3631.

Horaires :

une autorisation est nécessaire pour visiter Saihoji. La demande doit être faite dans un office de tourisme (comme le KTIC à la gare de Kyoto) Il est également possible de le faire depuis la France. L’admission se fait uniquement par demande écrite au maximum un mois à l’avance et au minimum une semaine en précisant en anglais son nom, son adresse de résidence au Japon, son âge (il est nécessaire d’avoir plus de 18 ans), le nombre de visiteurs, un numéro de téléphone, la date de la visite (avec deux autres options) et une enveloppe timbrée pour la réponse.

Prix :

sur place, il faut laisser une donation de 3000 yens.

Accès :

accès en bus, arrêt Koke-dera. Bus 73 et 83 depuis la gare. Bus 63 depuis Sanjo Keihan.   

Site web: http://www.pref.kyoto.jp/isan/saihouji.html

Et aussi ...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.