Le temple Otagi Nenbutsu-ji   愛宕念仏寺

Date de publication :

Bâtiment principal du Otagi Nenbutsu

rakan-Otagi_nenbutsuji

Des milliers de sculptures de pierre vous attendent au temple Otagi Nenbutsu

Nio-mon-otagi_Nembutsuji

N'hésitez pas à franchir la porte de ce temple

Otagi_nenbutsuji

Le temple Otagi Nenbutsu à Arashiyama

rakan-detail-Otagi_nenbutsuji

Le temps de la lecture pour ces rakan au temple Otagi Nenbutsu

chemin-Otagi_nenbutsuji

Une visite splendide au moment du Kōyō

Sous l’œil des rakan

Ce temple bouddhiste fondé au VIIIe siècle par l’Impératrice Shōtoku (718-770) bénéficie d’un nouveau souffle depuis le milieu du XXe siècle. L’Otagi Nenbutsu-ji doit son renouveau au maître-sculpteur et moine en chef du site, Kocho Nishimura (1915-2003) qui fit sculpter et installer 1 200 facétieux rakan de pierre dans son enceinte.

Rakan sous les feuilles d'érables rougies

Rakan sous les feuilles d'érables rougies

Tel un Phoenix

Situé non loin de l’Adashino Nenbutsu-ji et à l’extrémité de la très belle Saga Torrimoto, une route préservée bordée de maisons traditionnelles en bois, l’Otagi Nenbutsu n’a cessé au cours de son histoire de subir les affres du temps. Construit en 766, il est détruit peu de temps après, au début de la période Heian (794-1185), par une crue de la rivière Kamo. Il est alors reconstruit comme une annexe de l’Enryaku-ji, temple de l’école Tendai sur Mont Hiei. Subissant une catastrophe après l’autre, y compris un feu de guerre civile et plusieurs typhons, il est transféré en 1922 à son emplacement actuel dans la zone de Sagano. Tel le phœnix, l’Otagi Nenbutsu renait toujours de ses cendres !

Lire : Le temple Adashino Nenbutsu-ji

pagode-rakan-Otagi_Nembutsuji

Les surprenants rakan du temple Otagi Nenbutsu

Le retour en gloire


En 1981, lors des travaux de rénovation, Kocho Nishimura (1915-2013), moine responsable du site, lance un appel aux fidèles et à la population pour la réalisation de centaines de statues en pierre. Il souhaite remplir l’enceinte du temple de sculptures de Rakan, les plus grands disciples de Bouddha. 

Cet appel n’est pas fortuit. Si Nishimura est moine depuis 1952, il est également un grand maître-sculpteur et restaurateur d’œuvres d’art. Restaurateur des sculptures du temple Sanjusan Gendo à Kyoto, il était aussi professeur à l’Université des Beaux-Arts de Tokyo. À la tête du temple Otagi Nenbutsu depuis 1955, il entreprend la rénovation complète des lieux pour lui rendre sa gloire d’antan.

Lire aussi : Le mont Hiei

Facétieux rakan


Nishimura se charge d’enseigner les rudiments de la sculpture aux volontaires ; et le résultat ne se fait pas attendre. Rapidement, 500 rakan sont installés. À terme, en 1991, les fidèles en réalisent 1 200, tous différents les uns des autres, disposés en rangées sur des murets et sur les pentes herbeuses du temple. Selon le souhait de Nishimura, chacun y transpose sa vision du Bouddha à travers son plus dévoué disciple, le rakan

Il est amusant de regarder avec attention la multitude d’expressions et d’attitudes de ces statues de pierre. Certains rient, s’enlacent, trinquent, vous saluent… Chacun a sa personnalité. Votre défi : retrouver le rakan à la raquette de tennis ou encore celui qui joue du saxophone !

À lire : La statuaire bouddhique au Japon

Relativement méconnu des touristes, n’oubliez pas d’inclure l’Otagi Nenbutsu à votre visite d’Arashiyama. Face à la multitude de rakan, vous ne pourrez rester de pierre !

rakan-detail2-Otagi_nenbutsuji

Un rakan à lunettes...

Deux Rakan trinquant

Deux Rakan trinquant

Rakan du temple Otagi Nenbutsu à Arashiyama

Rakan du temple Otagi Nenbutsu à Arashiyama

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs