Touki Ichi   陶器市

Date de publication :
Touki Ichi

Etales de poteries de la foire Touki Ichi.

Les allées de la foire Touki Ichi à Kyoto.

Les allées de la foire Touki Ichi à Kyoto.

Pots de fer et pots de terre

Rapportées de Chine au XIIIe siècle par un artisan répondant au nom de KATÔ Shirôzaemon, les techniques pour créer des céramiques eurent un immense succès au Japon. Une grande variété d’objets est proposée à la vente chaque année lors de la Touki-ichi, la foire de la poterie de Kyoto.

Au début du mois d’août, ce n’est pas moins de cinq cents stands qui viennent disposer toutes sortes de jattes, de bols, de vases et autres objets le long de la rue Gojo-dori et de la rue Gojo-ohashi à la rue Gojo-zaka. Raffinées et aux dessins subtils, les céramiques japonaises sont toujours très appréciées des Japonais qui les utilisent pour servir des mets distingués ou pour décorer une pièce. 

Les formes irrégulières de certaines pièces témoignent d’un sens du naturalisme caractéristique des créations nippones. L’art de la poterie connut un réel essor au XVIe siècle car lié à une popularité qui ne cessait de croitre pour la cérémonie du thé où la boisson est servie dans de beaux bols que l’on doit tourner entre ses mains à trois reprises afin de faire admirer le travail du potier. 

Ainsi durant toute la période d’Edo (1603-1867) les daimiyo (seigneurs féodaux) furent nombreux à favoriser l’installation d’artisans potiers sur leurs terres, encourageant la création de pièces véritablement japonaises, émancipées de l’influence chinoise.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs