Le village de Takao   高雄

Date de publication :
Le temple Jingo-ji à Takao

Le temple Jingo-ji à Takao

Les escaliers de pierre menant au temple Jingo-ji

Les escaliers de pierre menant au temple Jingo-ji

A proximité du temple Jingo-ji, à Takao

A proximité du temple Jingo-ji, à Takao

Le temple Kôzan-ji en automne

Le temple Kôzan-ji en automne

Le pont enjambant la rivière Kiyotaki à Takao

Le pont enjambant la rivière Kiyotaki à Takao

Le ruissellement de la rivière Kiyotaki accompagnera votre balade à Takao

Le ruissellement de la rivière Kiyotaki accompagnera votre balade à Takao

Une randonnée spirituelle

Des temples bouddhiques perchés sur une montagne et des érables aux couleurs flamboyantes l'automne. C'est le paysage qu'offre le village de Takao, lieu idéal pour une excursion à moins d'une heure de Kyoto.

Le village de Takao est situé au nord-ouest de Kyoto, à quelques kilomètres d'Arashiyama. Accessible en bus ou même à pied pour les randonneurs, il offre l'occasion d'une excursion hors de la cité, le long de la rivière Kiyotaki. Le village de Takao est célèbre pour ses trois temples bouddhistes et son sanctuaire, tous riches en histoire et parfaitement intégrés dans leur environnement.

Le temple Jingo-ji

Littéralement "temple de la protection divine", le Jingo-ji et ses douze siècles d'histoire sont enfouis dans la forêt qui recouvre une large partie de la montagne de Takao. En automne, le vermillon de l'édifice le dispute au rouge des feuilles d'érables. Admirez la vue sur la vallée et la rivière Kiyotaki depuis le jardin du Jizô-in, à l'extrême ouest de l'enceinte. Le lieu se métamorphose avec le passages des saisons : la montagne se pare du rose des cerisiers en fleurs le printemps, l'ambiance l'été est rythmée par le chant des cigales et des grenouilles, et passé le kôyô automnal, le temple est recouvert de neige pendant les mois d'hiver. Des paysages propices à une douce contemplation...

Le temple Saimyô-ji

Appartenant à la secte Shingon, ce temple a été construit au début du IXe siècle par le neveu de Kôbô Daishi, le fondateur de cette branche ésotérique du Bouddhisme. D'abord bâtiment détaché du Jingo-ji, il acquiert son indépendance en 1290. Il est brûlé dans un incendie à la fin du XVIe siècle, avant d'être reconstruit en 1602.

En arrivant, profitez de la vue sur les érables depuis le pont Shigetsukyo qui mène à l'entrée de l'édifice. Une fois à l'intérieur, admirez les statues de Bouddha, dont celle de Shakya Nyorai, le Bouddha originel, classé Bien culturel important.

Lire aussi : La statuaire bouddhique au Japon

Le temple Kôzan-ji


Le Kôzan-ji est inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Entouré d'érables mais aussi de vieux cèdres et d'immenses pins, le temple est lui aussi un lieu privilégié pour admirer les couleurs d'automne. Il abrite en son sein de nombreux trésors nationaux, comme des statues bouddhiques ou encore l'œuvre considérée comme le premier manga de l'histoire, une satire de la vie à l'époque Heian (794-1185) mettant en scène des animaux.

Le sanctuaire Hiraoka Hachimangû

En sortant du Kôzan-ji, traversez la rivière Kiyotaki par le pont des nuages blancs et suivez le chemin menant vers le sanctuaire, le seul édifice shintoïste du village. Bâti en 809, c'est l'un des plus vieux sanctuaires dédiés à Hachiman, divinité protectrice du Japon. À l'intérieur du monument, admirez notamment le "Plafond de fleurs" de 44 carreaux peints à la fin de l'époque d'Edo (1603-1868).

Les cèdres de Kitayama

Terminez votre visite par cette forêt entièrement plantée par des artisans, qui ont soigneusement sélectionné les pousses de cèdres avant de laisser faire l'œuvre du temps et de la nature. Résultat : des arbres identiques en circonférence et une beauté rare, qui tranche avec la nature indomptée des montagnes de Takao. Rebroussez chemin pour revenir tranquillement à Kyoto, bercé par le ruissellement de la rivière...

Découvrez Takao en une journée grâce à notre Travel Angel à Kyoto, Nicolas.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs