Matsue-jô   松江城

Date de publication :
Le Matsue-jo

Le Matsue-jô a la particularité d'arborer une couleur très sombre, la nature autour n'en est que sublimée.

La vue depuis le Matsue-jô

La tour de guet du Matsue-jô offre une très belle vue sur Matsue et le lac Shinji.

Le Ninomaru, parc du Matsue-jô

A l'heure du hanami, le Ninomaru, parc du Matsue-jô, resplendit.

Le château noir

Sa couleur et son allure font de lui un château mythique, digne des plus grands films de samouraïs.

Construit en cinq ans sur l’ordre du daimyô Horio Yoshiharu et achevé en 1611, le château de Matsue mesure près de 30 mètres de haut et offre ainsi un superbe point de vue sur Matsue. C’est l'un des douze derniers châteaux préservés dans leur état d’origine au Japon. 

Le grand stratège Horio Yoshiharu fit réaménager la ville pour faire du château une forteresse imprenable grâce aux canaux. Mais érigé après les affrontements féodaux de la fin XVIe siècle, il ne connut jamais aucune bataille. Moins de deux cent ans après sa construction le château est repris par les Matsudaira, branche cadette des Tokugawa, qui le conserve dans son état d’origine et modernisent la ville.

Cependant une grande partie du château fut détruite à la fin du shogunat. Il ne reste aujourd'hui plus que le mur d’enceinte, quelques ruines éparses et l’imposant donjon, le tenshukaku

Pièce montée

Perché sur une colline, il est très souvent comparé à un pluvier, oiseau marin au plumage sombre, qui prend son envol. Il est donc parfois désigné sous le nom de Chidori-jô, le château pluvier. Tout l’inverse donc du château d’Himeji surnommé le « héron blanc » avec qui il a pourtant un petit air de ressemblance.

Donjon monté sur une base en pierres, il comporte six étages, mais seuls cinq sont visibles de l’extérieur. Le labyrinthe de petits escaliers et la structure en bois donnent un bon aperçu de la vie à l’époque féodale. Armures, casques, reproductions de statues, documents d’époque et photos racontent de façon ludique l’histoire du château.

Sympathiques ruines

Le Ninomaru, parc du château, recouvre la superficie totale de l’ancien domaine, il est donc parsemé des ruines de l'édifice aujourd'hui disparu. Seules les parties en pierre ont en effet résisté à l’épreuve du temps. La végétation est très bien entretenue et les visiteurs y trouveront, cerisiers, pruniers et autres arbres dont les Japonais apprécient les fleurs. On l'aura compris le printemps et l'automne sont les plus belles saisons pour visiter le château et son parc au rythme de l'eau qui coule dans les douves.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs