Le temple Gessho-ji   月照寺

Date de publication :
fumai-kara-mon-gessho-ji

La tombe de Matsudaira Fumai

tombe-naomasa-hortensias

La tombe de Matsudaira Naomasa est entourée de douves

hortensias-gessho-ji

Le Gessho-ji est surnommé le temple aux hortensias

fumai-tombe-gessho-ji

La tombe de Matsudaira Fumai

fumai-kara-mon

Le karamon sculpté de Matsudaira Fumai

hortensias

A la mi-juillet, les hortensias du Gessho-ji sont en plaine floraison

gessho-ji-fortensias

Au Gessho-ji, l'atmosphère est paisible

tortue-detail-gessho-ji

Oserez-vous toucher sa tête pour vous assurer la longévité?

Le temple des seigneurs de Matsue

Non loin du château de Matsue, le Gessho-ji est à la fois le temple familial et le lieu de sépultures des daimyô de Matsue, les seigneurs du clan Matsudaira. Surnommé "le temple aux hortensias", le lieu est le théâtre d’une célèbre histoire de fantôme ; celle d’une immense tortue de pierre dévorant les habitants de la ville.

Le cimetière des Matsudaira

En 1664, le premier seigneur du clan, Matsudaira Naomasa (1601-1666), fait ériger la sépulture de sa mère, Gessho-in, sur le site d’un ancien temple en ruine. Ce faisant, il pose le premier jalon du cimetière de son clan et donne naissance au Gessho-ji. Ainsi, le temple va accueillir les sépultures des neuf seigneurs de Matsue qui règnent sur la ville entre 1638 et 1871. Le tombeau, composé de belles tombes individuelles ornées de stèles de pierre, sont dispersées dans l’enceinte du temple. Bien que décorées des symboles de chacun des daimyô, les sépultures se présentent selon le même schéma. 

LireLe sanctuaire Izumo Taisha

Il vous faut tout d’abord franchir la large porte sculptée (karamon), indiquant le prestige et l’autorité du défunt, puis emprunter un petit chemin pavé. L’entrée de la tombe est marquée par un torii de pierre et l'ensemble délimité par l’harmika, la clôture sacrée. Encadrée par des lanternes de pierre (toro), la tombe légèrement surélevée supporte la stèle funéraire appelée gorinto. Selon la tradition bouddhique, le gorinto se compose de cinq blocs de pierre aux formes distinctes symbolisant les éléments de l’univers (de bas en haut) : la terre (un cube), l’eau (une sphère), le feu (une pyramide), le vent (une demi-sphère) et le ciel (une fleur de lotus stylisée).

tombe-Matsudaira-Tsunachika

La stèle funéraire, gorinto, du 3ème daimyo du clan, Matsudaira Tsunachika

Des stèles entre les hortensias

Les sépultures de certains seigneurs se démarquent néanmoins. La tombe de Matsudaira Naomasa, petit-fils du shôgun Ieyasu Tokugawa, a la particularité d'être entourée de douves et de nombreux hortensias fleurissant à la mi-juillet. La stèle du 7e daimyô du clan, Matsudaira Harusato (1751-1818) se situe sur une colline en surplomb de celle de Naomasa. Plus connu sous le nom de Matsudaira Fumai, ce seigneur et grand maître de thé a profondément réformé son fief. À l'origine de grandes mesures administratives et industrielles, il sort Matsue du marasme économique dans lequel la cité était plongée. Pour saluer son action providentielle, son karamon orné d'un dragon et de grappes de raisin est sculpté par Kobayashi Jodei. Les autres daimyô sont enterrés à part, selon une logique mathématique : les seigneurs pairs de la lignée (du 2e au 8e) sont au sud et les impairs (3e au 7e) au nord.

Lire aussi : Le jardin Yûshien

tortue-gessho-ji

L'impressionnante tortue de pierre veille toujours sur le clan des Matsudaira

Le fantôme de la tortue

Le Gessho-ji possède une immense tortue de pierre, spécialement réalisée pour veiller sur le 6e seigneur, Matsudaira Munenobu. L'animal est depuis toujours considéré comme un fantôme. Son histoire fut contée par le journaliste et écrivain irlandais installé à Matsue, Lafcadio Hearn (1850-1904), dans son ouvrage "Fantômes du Japon". Selon la légende, la tortue prenait vie une fois la nuit venue, terrifiant et dévorant les habitants. Le moine du temple, par une prière intense, fit tomber du ciel un pilier de pierre sur son dos pour l'immobiliser pour l'éternité. Aujourd'hui, vous pouvez vous approcher et caresser sa tête pour vous assurer une longue vie sans craindre pour votre sécurité ; quoique...

Voir : Nikkô Tôshôgu, le mausolée du shôgun

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs