Accueil > Matsuyama

Visiter Matsuyama
松山

Du haut de sa colline, le château de Matsuyama veille sur la ville et la mer intérieure de Seto.

Du haut de sa colline, le château de Matsuyama veille sur la ville et la mer intérieure de Seto.

Le musée Saka no Ue no Kumo, inspiré du roman de Shiba Ryôtaro et dessiné par Tadao Ando.

Le musée Saka no Ue no Kumo, inspiré du roman de Shiba Ryôtaro et dessiné par Tadao Ando.

Au nord-ouest de Matsuyama, Dôgo Onsen, station thermale qui reçoit chaque année plus de 1,5 million de visiteurs.

Au nord-ouest de Matsuyama, Dôgo Onsen, station thermale qui reçoit chaque année plus de 1,5 million de visiteurs.

Shiko-cool

Son château, qui surplombe la mer intérieure, ou bien ses sources chaudes millénaires : quel est le symbole de la plus grande et agréable ville de Shikoku ?

A la marge de la plus modeste des grandes îles japonaises, Matsuyama dialogue avec ses voisines, situées de l’autre côté de la mer intérieure, Hiroshima au nord, et Beppu-Oïta à l’Ouest. Elle n’a d'ailleurs rien à leur envier : fière de son château, célèbre pour ses bains de Dôgo, jeune et dynamique, Matsuyama est à elle seule une excellente raison de se rendre sur Shikoku.

Château et vue imprenables

Avant de devenir une capitale militaire, la ville et ses environs ont été une importante zone de diffusion du bouddhisme. On y trouve ainsi plusieurs des 88 temples du célèbre pèlerinage de Shikoku, dont l’Ishite-ji, bâti en hommage au moine Kukaï, fondateur du complexe de Kôyasan.

C’est en 1603 que la ville devient une place stratégique dans la grande province d’Iyo, le clan Matsudaira y faisant bâtir un château sur la colline Katsu. Le Matsuyama-jô est aujourd’hui l’un des sites les plus visités des environs, offrant une vue imprenable sur la ville et la mer intérieure, même s’il a perdu deux étages lors de sa reconstruction (1820). En redescendant côté Ouest, on flâne dans le joli jardin Ninomaru, aménagé sur les ruines de l’ancienne résidence seigneuriale, puis le petit parc du Bansui-so.

De Meiji à Miyazaki

On quitte le site par le Sud pour un tour dans le très joli musée Saka no Ue no Kumo, dessiné par Tadao Ando, qui raconte l’émergence du Japon sur la scène internationale pendant l'ère Meiji. De là, on flâne dans la rue commerçante bordant le flanc sud-est de la colline (à côté de l’arrêt de tramway Okaïdô), qui propose bonnes tables (les spécialités de Matsuyama : le  botchan dingoles gâteaux aux œufs inspirés du castella de Nagasaki, et les goshiki sômen, nouilles de 5 couleurs ) et jolies boutiques (céramiques, antiquités, coton d’Ehime).

Mais aussi haut perché soit-il, le château ne volera jamais la vedette à ce que tous les touristes viennent voir à Matsuyama : Dôgo Onsen, ses sources chaudes à l’histoire pluri-séculaire, dont la légende dit qu’il s’agit de la plus ancienne station thermale du Japon… et qui a même inspiré le Chihiro de Hayao Miyazaki !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.