Pavillon Senjôkaku   千畳閣

Date de publication :
Pavillon Senjôkaku

Pagode du pavillon Senjôkaku.

Pavillon Senjôkaku

Aucun mur, du bois brut et une centaine de piliers.

Pavillon Senjôkaku

Le gigantesque plafond est recouvert d'une mosaïque de peintures

Les mille et un tatamis

Sur les premières hauteurs de Miyajima, les courants d'air marin traversent un immense hall tout de bois. Le Pavillon aux mille tatamis (Senjôkaku) s'élève au dessus du sanctuaire d'Itsukushima, cœur de la vie religieuse et touristique de l'île.

Son apparence dénudée peut intriguer de prime abord. Aucun mur, du bois brut et une centaine de piliers. Bien que la bâtisse soit jolie, l'intérêt en paraît limité. Mais une fois à l'intérieur, levez la tête : le gigantesque plafond est recouvert d'une mosaïque de peintures dont les sujets varient autant que les styles et les périodes de réalisation. Batailles médiévales, représentations bouddhiques, paysages et animaux dans un style moderne, l’œil ne sait plus où donner de la tête.

Ce pavillon fut construit à l'initiative d'un des plus célèbres personnages de l'histoire japonaise : le shôgun TOYOTOMI Hideyoshi (1536-1598). En 1587, il ordonna l'édification d'un immense hall où les moines pourraient copier des sûtras dans un endroit idéalement retiré, au milieu de la nature. Mais la mort du général de guerre empêcha l’achèvement de l'édifice, dont les colonnes restèrent nues, malgré la couleur vermillon qui leur avait été allouée.

En plus de son plafond exceptionnel, la coursive qui enlace le bâtiment offre une plongée sur la baie de l'île et son torii immergé qui vaut indéniablement le coup d’œil. À quelques pas, se trouve la pagode à cinq étages rattachée à ce pavillon, dont la hauteur contraste avec la largesse du Senjôkaku. N'hésitez pas à vous y arrêter quelques instants pour prendre un bol d'air frais avant d'entamer l'ascension du mont Misen.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs