Le géoparc d'Itoigawa   糸魚川ユネスコ世界ジオパーク

Date de publication :
Les falaises d'Oyashirazu, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les falaises d'Oyashirazu, au sein du géoparc d'Itoigawa

L’Amakazariyama (près de 2000 mètres), au sein du géoparc d'Itoigawa

L'Amakazariyama (près de 2000 mètres), au sein du géoparc d'Itoigawa

Les sources thermale de Renge, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les sources thermale de Renge, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les gorges de Kotakigawa, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les gorges de Kotakigawa, au sein du géoparc d'Itoigawa

Coucher de soleil sur le Mont Amakazariyama

Coucher de soleil sur le Mont Amakazariyama

Le volcan Yakeyama est encore actif.

Le volcan Yakeyama est encore actif.

Un paradis de géologue

Premier site japonais classé parmi les géoparcs mondiaux de l’UNESCO, Itoigawa se distingue par une grande diversité de paysages, des plages à la haute-montagne.

Le géoparc d’Itoigawa, situé dans la province de Niigata, longe la mer du Japon, du port de pêche de Tsutsuishi au nord, près des Alpes japonaises, à celui d’Ichiburi au sud. Sa particularité ? Sa situation géographique. Le géoparc se situe en effet juste au-dessus de la ligne tectonique Ito Shizu (raccourci de Itoigawa-Shizuoka), cette gigantesque faille qui sépare le Japon des continents eurasien et nord-américain.

Le "supermarché de la géologie"

C’est ainsi que l’UNESCO surnomme le géoparc d’Itoigawa ! Autrement dit, on y trouve de tout : des montagnes de près de 3 000 mètres d’altitude, des canyons, des falaises, des fonds sous-marins ou encore des gisements de jade. La faille Ito Shizu correspond à la partie ouest de la Fossa Magna, ce fossé souterrain qui traverse l’île d’Honshu de la mer du Japon à l’océan Pacifique. De cette façon, explique l’UNESCO, "le géoparc d’Itoigawa raconte non seulement l’histoire de l’archipel japonais, mais aussi celle de la planète Terre". Un terrain de jeu inespéré pour les passionnés de géologie !

Un géoparc, 24 géosites

Pour aider les visiteurs à explorer le site de 750 km2, le géoparc a été divisé en 24 petits territoires, selon 3 thématiques : le jade, les phénomènes géologiques liés à la Fossa Magna, la ligne tectonique Itoigawa-Shizuoka et la rivière Himekawa, et enfin, les sites de montagne.

Le parc Miyama comme point de départ

Situé à 3 kilomètres de la gare d’Itoigawa, le parc de Miyama abrite le centre d’information du géoparc. Il s’agit en fait du Musée géologique de la Fossa Magna, entièrement rénové en 2015. Au programme: une impressionnante collection de minéraux et de fossiles, ainsi que des expositions permanentes (en japonais et en anglais) dédiées au jade d’Itoigawa, aux tremblements de terre, aux volcans et à la Fossa Magna. Les visiteurs peuvent également se mettre dans la peau d’un géologue en menant leurs propres recherches dans la “vallée des fossiles”.

Ouvert de 9h à 17h - Entrée : 500 yen/5€ (gratuit pour les moins de 18 ans)

Le parc Miyama au printemps (géoparc d'Itoigawa)

Le parc Miyama au printemps (géoparc d'Itoigawa)

Le musée de la Fossa Magna

Le musée de la Fossa Magna

Le musée de la Fossa Magna, au sein du géoparc d'Itoigawa

Le musée de la Fossa Magna, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les falaises d'Oyashirazu, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les falaises d'Oyashirazu, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les gorges de Kotakigawa, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les gorges de Kotakigawa, au sein du géoparc d'Itoigawa

Le Mont Myojo (1188 mètres)

Le Mont Myojo (1188 mètres)

En quête de jade

Tout le long de la côte d’Itoigawa, les plages de galet permettront aux amateurs de minéraux de partir à la recherche de beaux spécimens, voire de jade, pour les plus chanceux. À Omi (à 7 kilomètres de la gare d’Itoigawa), la pierre prend parfois une teinte violette, d’où le nom de "plage de la lavande". Ne manquez pas le coucher de soleil sur les falaises d’Oyashirazu, où les Alpes japonaises plongent dans la mer.

Lire : La grotte Genbudo

À l’intérieur des terres, partez à la découverte des gorges de Kotakigawa, dont la rivière mène au pied du Mont Myojo (1 188 mètres), très prisé des grimpeurs. À 540 mètres d’altitude, le lac de Takanami-no-ike offre, par beau temps, une vue magnifique sur le Mont Myojo. Attention, les gorges sont classées Monument Naturel National : il est donc interdit d’y cueillir des plantes ou d’y ramasser des pierres.

À l'assaut des montagnes

Mieux vaut être équipé pour partir à la découverte des reliefs du géoparc, notamment de l’Amakazariyama (près de 2 000 mètres d’altitude), très apprécié des alpinistes. Comptez 4 heures d’ascension, du chalet d’Amakazari (900 mètres) jusqu’au sommet, qui offre un panorama époustouflant sur le Yakeyama (volcan toujours actif), le nord des Alpes japonaises et la mer du Japon. Au retour, un passage par le onsen du chalet s’impose !

Parmi les randonnées les plus réputées du site figure celle du Tsugami Shindo. Ce parcours de 27 kilomètres vous mènera du niveau de la mer à 3 000 mètres d’altitude, du pied de la falaise d’Oyashirazu jusqu’au Mont Shiroumadake.

L’Amakazariyama (près de 2000 mètres), au sein du géoparc d'Itoigawa

L'Amakazariyama (près de 2000 mètres), au sein du géoparc d'Itoigawa

Coucher de soleil sur le Mont Amakazariyama

Coucher de soleil sur le Mont Amakazariyama

Le volcan Yakeyama est encore actif.

Le volcan Yakeyama est encore actif.

Les sources thermale de Renge, au sein du géoparc d'Itoigawa

Les sources thermale de Renge, au sein du géoparc d'Itoigawa

Onsen avec vue

En chemin vers le Mont Shiroumadake, les bains thermaux de Renge vous permettront d’admirer le paysage en toute sérénité à plus de 1 500 mètres d’altitude. Au menu : 5 bains (mixtes), dont 4 rotenburo (extérieurs), disséminés dans un champ où la vapeur jaillit du sol.

Lire aussi : Dans les pas de Kawabata à Echigo Yuzawa

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs