Le temple Zenkô-ji   善光寺

Date de publication :
Vue du temple Zenkô-ji à Nagano.

Vue du temple Zenkô-ji à Nagano.

Des juzu, bracelets bouddhique japonais, que l'on trouve au temple Zenkô-ji à Nagano.

Des juzu, bracelets bouddhique japonais, que l'on trouve au temple Zenkô-ji à Nagano.

Un Bouddha du temple Zenkô-ji à Nagano.

Un Bouddha du temple Zenkô-ji à Nagano.

La ferveur bouddhiste à Nagano

Le Zenkô-ji est un temple extrêmement populaire, et pour cause : il accueille les bouddhistes de toutes obédiences, y compris les femmes, et se trouve à deux pas du quartier le plus animé de Nagano.

C'est ici que se recueille le tout Nagano, dans ce temple qui remonte au VIIème siècle, et abrite un trésor unique : une statue du bouddha Amida (baptisée Ikkô Sanzon), la toute première du pays. Rapportée en 552 par des missionnaires de retour de Corée, elle reste toutefois dérobée aux regards, et seule une reproduction est exposée lors du célèbre festival Gokaicho. Il a lieu tous les 7 ans d'avril à mi-mai et attire 5 millions de visiteurs cherchant à atteindre la Terre Pure (le dernier a eu lieu en 2015).

Trouvez la clé !

En dehors de cet événement exceptionnel, le temple reçoit chaque année des millions de fidèles, qui franchissent deux portes massives (Niômon et Sanmon) de part et d'autre de la rue Nakamise dôri, avant d'accéder au Zenkô-ji. Dans son bâtiment principal, les moins impressionnables seront peut-être tentés par l'expérience du couloir sous-terrain (près de l'autel - 500 yen / env. 4 euros) : une traversée dans l'obscurité complète au cours de laquelle il faut essayer de toucher une lourde clé offrant... le salut.

Une pagode-musée propose des statues bouddhiques, et le Kyôzô (petit temple en bois au toit de chaume qui sert de bibliothèque de textes sacrés) un grand porte-sutra octogonal.

Une nuit au temple

Sous réserve de places disponibles, le Zenkô-ji peut héberger pour la nuit, dans l'un de ses 39 shukubô (logements réservés aux desservants du lieu ainsi qu'aux visiteurs de passage), les pèlerins et les curieux désireux de faire l'expérience de la vie monastique.

Il est aussi possible d'assister aux premiers rites du matin (Oasaji) et de bénéficier de la bénédiction des prêtres supérieurs sans dormir sur place, à condition d'arriver dès l'ouverture et de s'acquitter d'un ticket d'entrée.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs