Les îles Goto   五島列島

Date de publication :
L’église  Kashiragashima, Nakadori-shima, Goto

L’église Kashiragashima, Nakadori-shima, Goto

Cimetière chrétien, Nakadori, Goto

Cimetière chrétien, Nakadori, Goto

Vieux village désert,  Nakadori, Goto

Vieux village désert, Nakadori, Goto

Aux confins du Japon

Les îles Goto, c’est un Japon méconnu, lointain, quasi abandonné, celui des chrétiens reclus que l’on nommait les "chrétiens cachés". Ces chrétiens japonais qui fuirent les persécutions entre le XVIIè et le XIXè siècle et se cachèrent sur ces terres reculées. Des églises solitaires dominent les collines et dans les villages à demi désertés, on pourrait croire que les habitants d’aujourd’hui se sont cachés eux aussi.

Les îles Goto, plus précisemment Gotô rettô, "la chaîne d'îles des cinq îles" sont en fait un archipel comprenant environ 150 îles, donc cinq principales, au large des côtes de la préfecture de Nagasaki, à l’extrême ouest du Japon. De par leur histoire (voir le film de Martin Scorsese "Silence" sur le martyr des chrétiens japonais du XVIè siècle), elles abritent un très grand nombre d’églises (une cinquantaine) et la préfecture de Nagasaki a demandé que certaines d’entre elles soient inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO de 2018.

Voir également : Le musée de l'histoire chrétienne à Nagasaki

Les cinq îles principales

Elles sont divisées en deux grandes zones, Kami Goto ("Goto du haut" , au nord-ouest), qui appartient désormais à la région rebaptisée Shin Kami-Goto ("Nouveau Kami-Goto") et Shimo Goto ("Goto du bas", au sud-ouest).

  • FUKUE-SHIMA

L’île de Fukue fait partie de Shimo Goto, la partie sud-ouest de l’archipel. C’est la plus grande (326,4 km²) et la plus touristique des cinq îles. On y trouve un port et un aéroport. Que vous soyez intéressé(e) par l’histoire des chrétiens de Kyushu au XVè siècle, par l’architecture religieuse typique de la région ou par les paysages sauvages et les plages, Fukue répondra à vos attentes.

Côté églises, l’île en comporte plus d’une douzaine, dont la plus célèbre est l’église Dozaki, construite en 1908. Ses murs de briques rouges en font la première église de style européen des Goto.

À lire : Le village d'Ojika, au nord de l'archipel de Goto

C’est dans la ville de Goto que le dernier château du Japon, le château Ishida, fut construit en 1863. Il n’en reste cependant plus que les douves et les remparts qui abritent désormais un magnifique jardin. Au sud du site, on peut admirer quelques maisons d’anciens samouraïs dans la rue Buke Yashiki-dori.

Quant aux paysages, la plage de Takahama est considérée comme l’une des plus belles plages du Japon et est aussi appréciée pour ses couchers de soleil. C’est de la falaise d’Osezaki, que l’on peut voir le coucher de soleil le plus tardif du Japon, puisque c’est le point le plus à l’Ouest de l'archipel. Symbole des Goto, le mont Onidake, tout de vert vêtu, est un ancien volcan de 315 mètres de haut que l’on peut gravir allègrement. À son sommet se trouve une plate-forme astronomique qui propose aussi des expositions.

  • HISAKA-SHIMA

Située au nord de Fukue-Shima, cette île est très peu visitée. On y trouve quatre églises dont celle de Royanosako où en 1868, plus de deux cents chrétiens ont été emprisonnés dans un espace faisant tout juste 20m2. Trente-neuf d’entre eux, dont des femmes et des enfants, y moururent durant leurs 8 mois de détention. On y trouve un monument sur lequel ont été gravés les noms de ces martyrs chrétiens.

  • NARU-SHIMA

Cette île est surtout connue pour l’église Egami, créée en 1918 par Yosuke Tetsukawa, célèbre architecte d’églises. Ce petit bâtiment aux murs de bois blanc cassé et aux fenêtres à volets bleus est fort à raison la fierté de Naru-shima. Déclarée bien culturel national, l'église fait partie de la liste soumise à l'UNESCO par la préfecture de Nagasaki.

À lire aussi : Oura, la plus ancienne église du Japon

l'église Egami, Naru-shima

l'église Egami, Naru-shima

  • WAKAMATSU-JIMA

Ici aussi, l'endroit rappelle le sort dramatique des chrétiens du Japon. Au début de l’ère Meiji (1868-1912) des chrétiens s’étaient cachés sur l'île Wakamatsu dans une grotte creusée dans une falaise qui était seulement accessible en bateau. Malheureusement pour eux, ils furent découverts à cause de la fumée qui émanait de leur cachette. Ils furent arrêtés et torturés. Plus tard, cette grotte fut nommée Kirishtianwando ("la grotte des chrétiens") et en 1967, on érigea un crucifix avec une statue du Christ de 3 mètres de haut devant la grotte, faisant de l’endroit un lieu saint. Tout comme au XIXè siècle, on ne peut y accéder que par bateau.

Chaque année à la Toussaint, les chrétiens des environs offrent une cérémonie pour les âmes de ces martyrs. 

  • NAKADORI-JIMA

Cette île de 168,3 km² est la plus peuplée après Fukue-jima. Elle fait partie de la zone de Kami Goto, plus exactement de la ville de Shin Kami-Goto.

Ici aussi, les chrétiens s’y réfugièrent et les églises attestent de leur présence passée et présente. L’église Kashiragashima, située sur un îlot relié à Nakadori-jima par un pont, domine un minuscule village qui abrite un cimetière chrétien. C’est sur cet ilot qu’un prêtre catholique japonais, Domingo Mori Matsujiro, abrita chez lui un missionnaire français. En 1187, il fit construire l’église Kashiragashima à la place de sa maison. C’était un bâtiment en bois qui fut reconstruit en pierre au début du XXè siècle grâce aux dons et au labeur des fidèles.

Quant à la petite église de bois de Nakanoura, construite en 1925, elle est connue pour sa silhouette se reflétant dans la mer.

L'église Nakanoura, Nakadori-shima, Goto

L'église Nakanoura, Nakadori-shima, Goto

Nakadori-jima est célèbre pour son huile de camélia et ses udon faits mains et parfumés eux aussi à l’huile de camélia.  Il y subsiste aussi une production artisanale de sel de mer

Comme dans toutes les autres îles de l’archipel des Gotō rettō, les paysages y sont intacts, sauvages, les côtes souvent escarpées, les plages désertes (sauf pour certaines qui attirent quelques baigneurs en été), les villages solitaires, l’ambiance unique...


Ces "confins de la Japonésie" comme le géographe et auteur français Philippe Pelletier a nommé les îles Gotô dans son livre "Les îles Gotô, voyage aux confins de la Japonésie" se méritent. Seules les îles de Fukue et Nakadori sont directement reliées à Kyushu, deux ou trois fois par jour. Pour les autres, elles sont reliées entre elles seulement quelques fois par jour. Les transports en commun sont très peu développés (environ un bus par heure d’une grande ville à une autre, et ceci sur les 5 îles), l’anglais est encore une langue rare et les renseignements pratiques (horaires des bateaux, liste des hôtels, etc.) sont pratiquement tous en japonais. Certaines de ces îles sont montagneuses et les routes côtières escarpées, ce qui ne rend pas la conduite très aisée mais ce moyen de transport reste à privilégier si vous désirez voir un maximum de sites.

Paysage typique des îles Goto : la vierge Marie entourée de verdure

Paysage typique des îles Goto : la vierge Marie entourée de verdure

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs