Nagasaki : le pont Megane   眼鏡橋

Date de publication :
Le pont Megane a Nagasaki

Le pont Megane a Nagasaki

Le Port de Nagasaki

Vue sur le port de Nagasaki depuis le jardin Glover

Le Glover Garden de Nagasaki

Le Glover Garden, témoin des influences étrangères de l'ancienne Nagasaki.

Souvenirs de l'ancienne Nagasaki

Le pont Megane à Nagasaki est l’une de ces rares traces de l’ancienne ville, porte du Japon ouverte sur les influences chinoises et hollandaises.

Endommagé dans les années 90 par une inondation, le pont Megane a été restauré et classé au patrimoine national. C’est désormais un lieu de promenade au cœur de la ville. Un petit rappel que les vieilles pierres peuvent parfois raconter des choses surprenantes...

Le pont-lunettes

En soi, ce n’est pas grande chose : un pont de pierre à deux arches sur la rivière Nakashima, en plein cœur de Nagasaki, joliment entouré de quais et d’arbres. On le prendrait presque pour un pont d’une ville européenne.

Mais nous sommes au Japon, et ce pont fut sans doute le premier réalisé en pierre dans l’archipel, vers l'an 1634, par un moine chinois nommé Mokusu. Il doit son nom (megane signifie lunettes) à ses arches en arc parfait qui, reflétées dans l’eau, forment deux cercles faisant penser à des lunettes verres épais.

Influences étrangères

Construit peu avant l’édit de fermeture du Japon (sakoku), il témoigne des influences qui se croisaient alors dans la cosmopolite Nagasaki, principal port d’échanges ouvert sur le monde. Construit par un Chinois, selon des formes très européennes, sur une rivière japonaise.

D'autres vestiges de ce genre existent encore dans la cité, comme l'ancienne île artificielle de Dejima, le temple dédié à Confucius, la rue des Hollandais ou encore le jardin Glover.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs