Le village d’Ojika   小値賀町

Date de publication :

Les îles d'ojika, préfecture de Nagasaki

Le sanctuaire Kojima sur l'île d'Ojika

Le port de pêche d'Ojika_

Voyage aux confins du Japon

Au nord de l’archipel de Gotô, à l’ouest de Nagasaki, un chapelet de 17 petites îles volcaniques forme la commune d’Ojika, dont l’île principale porte le même nom. Ojika offre une charmante escapade permettant de découvrir  un Japon différent, sauvage, à seulement quelque 50 kilomètres des côtes de Kyushu.

Vue d'Ojika

Vue d'Ojika

L’île d’Ojika n’est pas bien grande : un tout petit peu plus de 25km2 pour environ 2 600 habitants, mais elle n’en est pas moins riche en paysages et sites à visiter.

Un riche passé

Ancien port de pêche et de passage, elle accueillit les vaisseaux chinois dès le VIIe siècle. Au XVIIe siècle, la pêche à la baleine en fit un endroit prospère. L'île garda des liens étroits avec le seigneur Hirado de Nagasaki et était la plus riche des îles Gotô. Son relief relativement plat invite à la promenade à pied ou à vélo, à travers les rizières ou les villages pittoresques, ou au bord de ses jolies côtes.

Visiter Ojika

Fukuefuki, la vieille ville, est encore constituée de maisons traditionnelles en bois. On y trouve une petite entreprise qui fume le poisson ou encore une imprimerie, Shinkosha, proposant des ateliers où l’on peut imprimer soi-même ses cartes de visite. La jeune propriétaire fait partie de la quatrième génération qui a réussi à faire perdurer cette affaire familiale dans ce petit coin éloigné de l’archipel. Dans la ville se trouve également le plus vieux bâtiment en bois des îles Gotô, le petit sanctuaire shintô Mannichido, peint en rouge.

Lire : Gunkanjima, l'île fantôme

Le sanctuaire Kojima, fondé il y a 1 300 ans, dont la vue donne sur l’île de Nozaki, est difficile d’accès mais vaut le détour, ne serait-ce que pour le panorama. Les parcs de Bandake, Kuroshima, le parc national Sakai et celui d’Akahama, avec sa célèbre "plage rouge" et sa falaise Akadaki, offrent de beaux chemins de randonnée et de magnifiques vues. La longue plage Kakinohama, à l’Ouest d’Ojika, est parfaite pour la baignade. Au nord de l’île, tout près du cap Hamasaki, se trouvent les falaises Goryodaki.

Lire aussi : Musée de l'histoire chrétienne à Nagasaki

Une visite au musée culturel et historique d’Ojika, abrité dans une splendide maison traditionnnelle, permet de mieux comprendre l’histoire de l’île et de ses alentours et d’en apprécier la richesse culturelle.

Une expérience inoubliable 

Pour une expérience inoubliable dans ce coin reculé du Japon, nous vous recommandons de dormir chez l’habitant ou dans l'une des  six vieilles maisons traditionnelles (appelées kominka) qui ont été rénovées et mises en location. Ojika est un endroit hors du temps, à l’extrême ouest du Japon, lointain et assez difficile à visiter car les bus sont peu fréquents et l'anglais presque inexistant. 

À lire : Minka, les chaumières du Japon

Pour prolonger le voyage

Si vous avez un peu de temps, nous vous conseillons de combiner la visite d’Ojika avec celle de l’île voisine, Nozaki, à 30 minutes de ferry. Au XVIIe siècle, des chrétiens japonais installés à Kyushu, pour fuir les persécutions alors systématiques, se sont installés dans les îles Gotô et notamment sur Nozaki, qui est désormais une île inhabitée mais où l’on peut encore visiter une église et camper.

Plage sur l'île de Nozaki, voisine d'Ojika.

Plage sur l'île de Nozaki, voisine d'Ojika.

L'église sur l'île de Nozaki

L'église sur l'île de Nozaki

L'église Nokubi  sur l'île de Nozaki

L'église Nokubi sur l'île de Nozaki

Les logements sur l'île Ojika

Les logements sur l'île Ojika

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs