Le chemin de Nakasendô   中山道

Date de publication :
Sur la route de la Nakasendo entre Tsumago et Magome

Sur la route de la Nakasendô entre Tsumago et Magome

Le chemin de Nakasendo en automne

Le chemin de Nakasendô en automne

Le chemin de Nakasendô peint par Hiroshige

Le chemin de Nakasendô peint par Hiroshige

Tablettes à l'entrée du village de Magome

Tablettes à l'entrée du village de Magome

Le sentier à travers la forêt

Le sentier à travers la forêt

La campagne au-dessus de O Tsumago

La campagne au-dessus de O Tsumago

Les gohei mochi, gâteaux de riz de Magome

Les gohei mochi, gâteaux de riz de Magome

Une devanture de magasin à Narai

Une devanture de magasin à Narai

Au cœur de la campagne japonaise

Randonnée sur le chemin de Nakasendô, qu'empruntaient gouverneurs féodaux, marchands et artisans de l'ère d'Edo (1603-1868) pour relier Tokyo et Kyoto par l’intérieur des terres.

Arpenter le chemin de Nakasendô entre Tsumago et Magome, c'est revivre ces temps passés à travers les villes et villages relais très bien préservés et pittoresques, à la découverte de la campagne japonaise.

Le chemin à l'ère d'Edo

Ce chemin, d'une longueur de 533 km, était parcouru en une vingtaine de jours. Il nécessitait parfois une préparation spécifique, notamment lors du passage de certains cols comme le col des Torii au dessous de Narai. Plus longue et plus dure que la route côtière de Tokaido, celle du Nakasendô était un peu moins empruntée.

A cette époque, il existait cinq routes structurantes au départ de Tokyo. Les trois autres permettaient de rejoindre Nikko (Nikko Kaidô), la province de Mutsu (Oshu Kaidô), et la province de Kai (Koshu Kaidô) où elle rejoignait le Nakasendô qui traversait les préfectures actuelles de Saitama, Gunma, Nagano, Gifu et Shiga.

Dans chaque vallée, des stations (ou juku), au total 69, permettaient aux voyageurs et aux chevaux de faire une halte. Ces étapes ont été peintes par Hiroshige et Keisan Eisen dans la série d’estampes “Les 69 vues du chemin de Kisokaidô”.

Entre Magome et Tsumago

Aujourd'hui, il est possible de randonner sur plusieurs tronçons préservés de ces chemins. Quelle émotion de marcher sur certains cheminements encore pavés avec les pierres d’époque et de croiser les bornes historiques ! Le tronçon le plus connu et un des plus spectaculaires se situe dans la vallée de Kiso entre Magome et Tsumago, les 42e et 43e villes-étapes.

Du fait de l'altitude des deux villages, il est conseillé de démarrer la marche à Magome, une des onze villes-étapes de la vallée de Kiso. Au centre du village, l’office du tourisme apporte des informations à propos du sentier et met à disposition une carte en anglais. Plusieurs échoppes installées dans les maisons en bois d’époque proposent des produits locaux très appétissants.

Du moulin à la forêt

Le sentier démarre en haut du village. Après avoir passé les tablettes (kousatsuba) qui annonçaient les ordres du shogun, le chemin bien tracé grimpe doucement jusqu’à un moulin. Retournez-vous : la vue sur la vallée et la campagne est magnifique. Sur le côté du chemin, un panneau conseille de faire sonner la petite cloche mise à disposition pour éloigner les ours. Les cloches sont numérotées et ces petits jalons amuseront beaucoup les enfants.

Le chemin rejoint ensuite quelques maisons. À la sortie du hameau, un petit sanctuaire semble perdu dans la nature. L’étape suivante est le passage du col où les panneaux rappellent le changement de préfecture. La végétation change et le sentier pénètre dans la forêt pour la descente. Un peu plus bas, une cabane hors du temps permet de boire un thé chaud et de faire une pause. Plus loin, le sentier se sépare en deux. L’itinéraire de gauche permet de rejoindre les cascades de Medaki et d’Odaki.

Beautés de la campagne

En continuant à descendre, la forêt s'éclaircit et apparaît le village de O Tsumago. À l'entrée du village, une route un peu raide part vers la gauche et traverse des champs de rizières. Le spectacle de la campagne japonaise vaut ce petit détour.

Après avoir traversé O Tsumago, le chemin historique descend vers Tsumago, aussi bien préservé que Magome. Après ces quelques heures de marches, plusieurs options sont possibles : faire quelques emplettes dans les jolis magasins de souvenirs, visiter le musée d’histoire local, grignoter un gohei mochi (gâteau de riz) ou s’installer dans un café et profiter de l’ambiance si particulière de ce village. Si vous avez du temps, pourquoi ne pas séjourner sur place et prolonger ce voyage dans le japon traditionnel ?

Rentrer... ou prolonger

Trois ou quatre bus par jour font le trajet dans chaque sens, ce qui peut être pratique pour le retour. Pour ceux qui sont en voiture, de vastes parkings se trouvent à proximité des arrêts de bus dans les deux villages.

Les autres étapes :

Si vous souhaitez prolonger cette marche, il est possible de suivre la Nakasendô jusqu'à Narai (34e ville-étape). D’autres tronçons sont également fléchés dans les autres vallées. Voici deux exemples dans la vallée de Mino :

  • Nakatsugawa Juku - Magome Juku en passant par Ochiai Juku avec la possibilité de faire un crochet au château de Naegi : 9 km

  • Fujimura Kousatsube (à 3 km de la gare de Takenami) - Hosokute juku (13 km de JR Mizunavi)

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs