Hônen Matsuri   豊年祭

Date de publication :
La défilé lors du festival Honen matsuri

La défilé lors du festival Honen matsuri

La défilé lors du festival Honen matsuri

La défilé lors du festival Honen matsuri

La défilé lors du festival Honen matsuri

La défilé lors du festival Honen matsuri

Un festival pas comme les autres

Le festival de Komaki, dans la préfecture de Aichi, fait partie de ces traditions japonaises presque inimaginables ailleurs qu’au Japon. Cette fête, un peu particulière, célèbre la fertilité. Si le fond est d’une grande importance pour les Japonais, la forme, originale, reste parfois un peu surprenante pour nous...

Fête de la fertilité

Voilà près de 1500 ans (l’événement fut daté grâce à la découverte d’anciennes poteries en 1935) que les Japonais fêtent le "Honen-sai", louant fertilité et bonnes récoltes. C’est dans la banlieue de Komaki, au nord de Nagoya, qu’une foule de curieux et d’habitués se rend chaque année, afin d’assister à la cérémonie. Cérémonie qui est affectueusement surnommée le "Festival du Pénis". Pendant longtemps, Komaki n’était qu’une petite ville fermière. Aujourd’hui, c’est une véritable attraction. Son temple, Tagata, contient de nombreuses statues de phallus faites à la main. On pourrait croire, avec toutes ces représentations, que ce festival leur est dédié et pourtant non. Sucettes, gâteaux, statuettes et autres ne sont que des offrandes pour souhaiter beaucoup de « fertilité » à ses proches. Ces statues permettent aux couples de prier pour avoir un enfant, les célibataires prient, eux, pour un(e) époux(se) et les fermiers espèrent, de leur côté, obtenir de riches récoltes.

Lire : Le riz au Japon : histoire, rites et cuisine

Déroulement du festival

Le festival débute à 9h le 15 mars de chaque année, au sanctuaire Tagata. Bien sûr, la cérémonie religieuse est prise très au sérieux. Le défilé de la statue géante en bois dans les rues, refaite chaque année pour l’occasion, ne commence pas avant que les prêtres ne salent la route pour purifier le chemin emprunté par les porteurs. Ils doivent ainsi défiler tout en portant un phallus en bois de près de 400 kilos ! À l’origine, la statue était bien plus petite et attachée à une représentation de samurai. Il faut savoir que les Japonais sont très ouverts sur le sujet, et cette fête, représentant bonne santé et chance pour l’amour et la fertilité, se passe toujours dans une très bonne ambiance. Hommes, femmes et enfants profitent des nombreuses attractions présentes. Bien que le saké soit distribué gratuitement pendant le défilé, aucune bagarre et aucun souci n’ont jamais été à déplorer ! Lorsque la nouvelle statue remplace l’ancienne, cette dernière est récupérée par des acheteurs privés ou des entreprises.

Lire aussi : Le festival Sanja matsuri à Tokyo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs