Tôgan-ji   桃願寺

Date de publication :
Nagoya_Daibutsu

Le Daibutsu du Togan ji de Nagoya

Touganji2

Tôgan-ji de Nagoya

Touganji1

Porte du Togan ji

tete-daibutsu-nagoya

Le paisible daibutsu de Nagoya

Le géant vert de Nagoya

Le Tôgan-ji, temple bouddhiste aux inspirations indiennes, conserve un impressionnant colosse en bronze de 15 mètres de hauteur : le Daibutsu de Nagoya.

Une histoire de famille

À Nagoya, au beau milieu d'un quartier résidentiel à proximité immédiate de la gare de Motoyama, le Tôgan-ji, temple bouddhiste de la secte zen Sôtô, se révèle plein de surprises ! C'est au milieu du XVIème siècle que le seigneur Oda Nobuyuki (1536-1557) fit ériger le temple en l'honneur de son père, le daimyo et magistrat, Oda Nobuhide (1510-1551). Le temple a déménagé à son emplacement actuel en 1714.

Dissimulé dans un cadre luxuriant, la visite du Tôgan-ji est une halte très agréable pour échapper au tumulte de la ville. Le vaste complexe abrite entre autre un temple dédié à la divinité indienne Sarasvati, un cimetière pour animaux, une bambouseraie, une majestueuse porte d'inspiration chinoise et un impressionnant Daibutsu (littéralement "Grand Bouddha") vert !

Voir aussi : Ushiku Daibutsu, plus grand Bouddha du Japon

Le Daibutsu de Nagoya

Le Bouddha géant du Tôgan-ji est une création récente au regard de l'histoire séculaire du temple. Il n'a été érigé qu'en 1987 ! Ce Daibutsu de dix mètres de hauteur trône sur un imposant piédestal de cinq mètres merveilleusement décoré.

La paisible figure en bronze ainsi que son socle ont tous deux été recouverts d'un vert éclatant en 2006. Les rehauts à la feuille d'or sur son front, ses yeux, sa bouche et ses oreilles n'en sont que plus saisissants. Le socle porte un décor pour le moins original puisqu'il est orné de dévots à taille humaine, de cerfs, de paons et d'éléphants !

Ce décor d'inspiration indienne, le Daibutsu le doit à un ancien prêtre du temple qui termina son doctorat en philosophie bouddhiste en Inde.

À lire : Le Daibutsu de Kamakura

Des trésors uniques

Cette influence indienne ne se résume pas au seul ornement du piédestal. En effet, le Tôgan-ji est également célèbre pour son sanctuaire dédié à la divinité indienne Sarasvati dans lequel la sculpture de la déesse endormie a pris place. Quant au bâtiment principal, il recèle de véritables petits trésors.

tete-daibutsu-nagoya

Le paisible daibutsu de Nagoya

Une fois à l'intérieur, n'oubliez pas de lever les yeux sous peine de passer à côté d'un splendide plafond en caissons peint. Le plancher-rossignol ou uguisu-bari vaut lui aussi le détour. L'agencement particulier des lattes de bois auxquelles on a adjoint de petites pièces métalliques permet d'émettre un petit bruissement similaire au chant du rossignol lorsque l'on marche dessus. Comme au Nijo-jô à Kyoto, le parquet pouvait ainsi donner l'alerte en cas d'intrusion. Un système d'alarme sonore extrêmement efficace et particulièrement poétique !

Enfin, si vous avez quelque chose à vous faire pardonner, profitez du pouvoir d'absolution du mokugyo géant. Cet instrument de percussion d'un mètre de diamètre, également appelé "poisson en bois",  serait le plus grand au monde. Taillé dans un camphrier centenaire, il offrirait d'effacer les pêchés et les erreurs du passé à quiconque viendrait y apposer sa main.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs