Kofun : les anciens tombeaux japonais   古墳

Date de publication :
nintoku kofun

Le tombeau de l'empereur Nintoku est l'une des plus grandes structures existant au monde et rivalise avec la pyramide de Gizeh.

Un Kofun de la période Kibi

Le nombre de Kofun trouvés dans la région d'Okayama montre l'importance du royaume au IVe et Ve siècle.

Haniwa

Les haniwa gardiens des tombes, ces statuettes de terre-cuite sont le symbole même de la préhistoire japonaise.

Trou de serrure

Que sont ces kofun, anciens tombeaux impériaux, qui parsèment le paysage entre Osaka et Nara ? Petit retour sur la préhistoire japonaise...

Les kofun sont des tumulis funéraires, collines artificielles créés par l'homme. Ils tirent leur nom de leur forme qui reprend à peu près celle d’un trou de serrure. 

Tombes royales

Ces tumuli sont tout ce qui reste des premières tombes de chefs et d’empereurs du Japon, un témoignage de la période antique du Japon.

Et quelle antiquité ! Le plus grand, le tombeau de l’empereur Nintoku, est large de deux fois la pyramide de Gizeh - mais fait seulement un quart de sa hauteur. Il aura fallu des dizaines d’années et des milliers d’ouvriers pour le construire.

Sépultures géantes

Les kofun sont apparus au IIIe siècle de notre ère et ont perduré jusqu’au VIe siècle. Ils se sont répandus de l'île de Kyushu jusqu’à la région de Tokyo. On en dénombre plusieurs milliers de toutes tailles, mais les kofun géants se situent près de l’ancienne province de Yamato, entre Osaka et Nara, et sont attribués aux ancêtres de l'empereur actuel.

Mystère archéologique

Aujourd’hui, les kofun sont protégés et on les trouve au détour de balades à Nara ou Sakai. On peut les admirer depuis l'extérieur, car la plupart du temps ils sont restés intacts, protégés par la loi contre les fouilles archéologiques. Couverts d’arbres et de végétation luxuriante, ils donnent une image de ce qu'à pu être le Japon il y a plusieurs siècles. Leurs intérieurs demeurent un mystère archéologique.

Lieux sacrés

Certains tombeaux ont été fouillés et leur contenu est désormais exposé au musée national de Tokyo ou au musée de Nara. Vous pourrez y admirer les célèbres haniwa, statuettes de terre-cuite gardiennes des tombeaux. Vous pourrez également vous rendre sur le site des grands kofun à Sakai pour les admirer depuis l'extérieur, mais sans pouvoir passer leurs gigantesques séries de douves : ces lieux sont sacrés pour les Japonais.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs