Le musée historique d'Asuka   飛鳥資料館

Date de publication :
Le couloir oriental

L'un des trésors archéologiques exposé au musée Asuka.

Shumisenseki

Une des statues exposées dans le parc du musée.

La maquette d'Asuka

Asuka, à son Âge d'Or.

Le musée de l'ère Yamato

Situé dans la ville d'Asuka, à une vingtaine de kilomètres de Nara, le musée présente les toutes dernières découvertes liées au IIIe siècle et à la période Yamato.

Pour tout savoir sur l'ère Yamato (ca 250-710)

Les passionnés d'histoire trouveront leur bonheur dans la ville d'Asuka, l'ancienne capitale méconnue du Japon. Son musée éponyme, qui fait parti de l'Institut National de Recherche sur le Patrimoine Culturel de Nara, a ouvert ses portes en 1975. Il se concentre sur l'ère Yamato de l'histoire japonaise, quand le Bouddhisme fait tout juste son apparition. Ainsi, sont abordées les périodes de Kofun (250-538), d'Asuka (538-710) et de Nara (710-794). Le musée Asuka se distingue des autres musées historiques du Japon du fait que les objets et matériaux exposés proviennent de fouilles récentes.  

Lire : Le musée national de Nara

Une autre ère, un autre monde

Le musée regorge de poteries, de pièces de monnaies, d'oeuvres d'art et de trésors archéologiques. Vous y découvrirez une représentation de la ville d'Asuka, à son âge d'or. Ainsi est racontée, au fil des salles d'exposition, l'arrivée du Bouddhisme dans la société nippone et la vie dans la capitale de l'époque, Nara. Vous pouvez aussi y admirer des répliques des guerriers de l'ère Yamato avec toute leur panoplie d'armes et d'armures. Des expositions temporaires sur des aspects plus spécifiques de cette période sont régulièrement organisées. Le jardin du musée vaut lui aussi le détour puisqu'y sont exposés, au milieu des fleurs, plusieurs répliques de statues exhumées à Asuka : l'une en forme de tortue, kame-ishi, l'autre en forme de singe, saru-ishi, mais aussi des répliques de shumisen-seki et sekinjinzô, des fontaines datant de l'ère Meiji

Le musée fait plusieurs fois référence aux sites archéologiques de la ville, notamment les sépultures funéraires de Takamatsuzuka et de Kitora, la dernière n'ayant été découverte qu'en 1983 : pourquoi ne pas y jeter un coup d'œil sur le chemine du retour ?

Lire aussi : Kofun, les anciens tombeaux

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs