Omizutori   お水取り

Date de publication :
Cérémonie Omizutori

Le feu de la cérémonie Omizutori.

Cérémonie Omizutori

Armés de torches enflammées, les moines courent sur les hauteurs du hall du Grand Bouddha.

Cérémonie Omizutori

Quiconque reçoit alors une étincelle se voit protégé des malheurs et maléfices pour l’année à venir.

Une cérémonie qui coule de source

Depuis plus de mille deux cents ans, Todaiji fête le retour du printemps par de flamboyantes cérémonies de purification qui se terminent en apothéose par l’apaisement de l’eau.

Chaque année, du premier au quatorze mars, place au nettoyage de rigueur pour la saison. Kannon la bien nommée, boddhisattva de la miséricorde, tient alors audience pour les moines du temple venus se confesser. Ce rite, le Shuni-e, perdure depuis l’an 752 et les moines continuent depuis lors de prier la statue aux onze visages, voisine du grand Bouddha, pour la paix dans le monde. 

Suite à ce défilé bienveillant, un exorcisme prend également place tous les soirs sur les galeries extérieures du Todaiji. Au coucher du soleil, les moines quittent leur méditation et pratiquent un autre rituel ancestral, l’Otaimatsu. Armés de torches enflammées, ils courent vingt minutes durant sur les hauteurs du hall du Grand Bouddha en agitant leurs bras frénétiquement. Quiconque reçoit alors une étincelle se voit protégé des malheurs et maléfices pour l’année à venir. 

Mais le clou du festival reste encore à venir. La nuit du douze au treize mars, aux alentours de deux heures du matin, la cérémonie d’Omizutori se déroule dans une quasi-clandestinité. Les moines, fameux élus, vont puiser l’eau sacrée au puits secret du temple, qui ne jaillirait qu’une fois dans l’année, et en font offrande une nouvelle fois à Kannon, comme assoiffée d’avoir tendu l’oreille à tant de prières et vilaines fautes. 

Que nul ne s’inquiète, point de privilège pour les boddhisattva dans le bouddhisme. Après avoir abreuvé la pieuse dame, les courageux patients venus pour l’occasion reçoivent également le droit de tremper les lèvres dans le saint breuvage aux vertus curatives. Des étincelles plein les yeux et la soif apaisée, il est temps de lever les yeux pour apercevoir aux branches des cerisiers les premières fleurs de l’année. 

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs