Palais Heijô   平城宮

Date de publication :
Palais Heijô à Nara

Le palais Heijô, entre splendeur et gigantisme.

Palais Heijô à Nara

Vue sur l'étang du jardin de Heijô.

Palais Heijô à Nara

Le palais Heijô entièrement rénové.

Palais Heijô à Nara

L’impressionnant Daigokuden règne sur les lieux.

Vestiges modernes d’un passé enfoui

Au nord de la ville, le Palais impérial de l’ancienne capitale s’est offert une deuxième jeunesse dans la seconde moitié du XXe siècle. Entièrement rénovés, les lieux se dévoilent sans une ride, entre splendeur et gigantisme.

Ville dans la ville avec son kilomètre de long et ses 1,3 kilomètre de large, le site du Heijô-kyu (平城宮) rappelle que Nara a eu son heure de gloire. Immense par sa superficie, riche d’attributs de pouvoir qui célébraient tant le quotidien que l’exceptionnel, Heijô-kyu ne rougit pas de ses petits frères, les palais impériaux de Kyoto ou de Tokyo

Symbole de la prospérité, Nara était au VIIIe siècle le visage que le Japon présentait à ses voisins, à ses commerçants, à ses amis. Parmi les principales constructions, l’impressionnant Daigokuden règne sur les lieux, « ancien hall d’audience » qui accueillait réceptions et délégations. Légèrement à l’est, le « nouveau hall d’audience », grandiose disparu, plus petit, ne laisse apparaître que ses fondations. 

A l’autre extrémité de l’enceinte, le « Jardin de l’est » Toin Teien frappe par sa symétrie et le calme qui s’en dégage avec son bassin et son édifice qui servait de salle de banquets à la famille impériale. L’Histoire se dévoile, la promenade se poursuit et au sud se détache la Suzakumon, porte Suzaku qui marquait l’une des principales entrées.

Nara la rénovée

Ancienne Heijô-kyo, la capitale de 710 à 784, Nara la prospère se transforma rapidement en Nara la délaissée. Haut-lieu d’un pouvoir déplacé vers Kyoto, le Palais Heijo fut abandonné et la plupart des ses bâtiments furent perdus. Hormis le temple Toshodaiji, tous les édifices ont été reconstruits après qu’eurent débutées les premières recherches archéologiques en 1952. 

De ses vestiges renaît Nara jidai, l’époque de Nara et avec elle le Daigokuden, le jardin de l’est, la Suzakumon, tous reconstruits à échelle réelle, tous joyaux d’une cité classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1998. Ouvert en 2010, le Daigokuden a célébré les 1300 ans de l’antique capitale.

Musée(s) à ciel ouvert

Les autres quartiers de l’empereur, les bâtiments administratifs ne sont plus que ruines ou fondations, toutes indiquées sur le site. Le musée du Palais de Nara et le musée d’Heijo-kyô complètent le panorama historique et culturel où de véritables pièces d’époque sont exposées. Entre passé et présent, héritage et reconstructions, le Palais Heijo, finalement pas si âgé, rappelle les siècles anciens.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs