Todai-ji, le temple au grand Bouddha de Nara   東大寺

Date de publication :
Todai-ji

Bâtiment principal du Todai-ji

Le Grand Bouddha du temple Todaiji

Le Grand Bouddha du temple Todaiji

Le temple Todaiji

Vue sur la porte d'entrée du temple Todaiji.

Todai-ji, un temple au patrimoine mondial de l'UNESCO

Le Todai-ji est un important temple bouddhiste situé au coeur de la ville de Nara, dans le Kansai. Ce célèbre temple installé non loin du parc de Nara abrite une monumentale statue de Bouddha en bronze, dans le bâtiment Daibutsu-den. Un incontournable lors d'une visite de la ville !

Todai-ji

Vue sur le Todai-ji

Le Todai-ji, un temple historique

La visite de la ville de Nara, situé à l'est d'Osaka, ne saurait être complète sans un détour par le majestueux Todai-ji. Ce dernier, avec la rencontre avec les cerfs sika du parc, constitue même le cœur de l'excursion.

Le Todai-ji, littéralement "grand temple de l’Est", fut commandé en 743 par l’empereur Shômu (701-756), lorsque Nara était la capitale impériale du pays. L’édifice du Todai-ji fut achevé huit ans plus tard. Il fut reconstruit plusieurs fois, sa forme actuelle étant fixée durant des restaurations de l'époque d'Edo (1603 - 1868).

Le Daibutsu-den actuel, la salle du Grand Bouddha, fut achevée en 1707, et possède des dimensions moindres par rapport au bâtiment original ; de rectangulaire, il devint carré, et perdit un tiers de sa taille. Il reste cependant, encore aujourd'hui, le plus grand bâtiment couvert en bois au monde, et est classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco. Avec ses 47 mètres de haut, le Daibutsu-den et ses immenses piliers de bois impressionnent dès la première découverte.


Un ancien centre de commandement du Bouddhisme

Dès sa fondation, le Todai-ji eut pour fonction de concentrer les différentes sectes bouddhiques du Japon de la période de Nara (710-794), les Nanto Rokushû ou Six sectes de Nara, et de les administrer. À la tête de tous les temples, il faisait autorité et les moines officiels se devaient de s’y faire ordonner. 

Sa réputation s’étendit grâce au moine Kûkai (774-835), célèbre fondateur de l’espace sacré du Mont Koya et à l’initiative de la secte Shingon, en charge des affaires sacerdotales de l’empire et de l’administration du Todai-ji à partir de 810. Aujourd’hui, ce temple reste la source et le lieu de culte le plus actif de la secte Kegon, l’un des six courants de l’ère Nara.

Todai-ji

Le Grand Bouddha vu de près

Todai-ji

Un des gardiens du Bouddha dans le Todai-ji

La grande statue en bronze du Bouddha

L'immense statue de Bouddha que l'on découvre en pénétrant dans le Daibutsu-den est sans aucun doute la pièce majeure du Todai-ji, qui participe grandement à sa célébrité. Il s'agit en effet du plus grand Bouddha assis en bronze du Japon.

Le Bouddha, de quinze mètres de haut (18 mètres avec le piédestal), possède la coiffure la plus sophistiquée de l’archipel, faite de plus de centaines de boules de bronze. Reposant sur une fleur de lotus, il présente sa paume droite, r��alisant ainsi le mudrâ dit de l'absence de crainte, signifiant apaisement et protection.

Il s'agit bien ici de Vairocana ("le Tout rayonnant"), le Bouddha absolu, à ne pas confondre avec le Bouddha historique, Siddhârta Gautama (appelé aussi Sakyamuni), qui s’incarne dans une idole de bronze saisissable par le commun des hommes tout en restant hors d’atteinte du fait de son impressionnante hauteur.

La construction de ce Grand Bouddha au milieu du VIIIème siècle ne fut pas une bagatelle. Sa fonte aurait d'ailleurs épuisé la majeure partie des réserves de cuivre du Japon à l'époque, ce qui explique qu'il y ait très peu d'autres statues en bronze à la même époque. La cérémonie d’ouverture de l’espace sacré en 752 fut symbolisée par l’éveil du Bouddha auquel des yeux furent dessinés. Les nombreux présents recueillis à l’occasion de cet événement composent aujourd’hui la salle aux trésors (Shôsôin), située au nord-ouest du Daibutsu-den. À l'origine, la statue monumentale était recouverte de dorure.

Malheureusement, il ne reste de cette statue originelle que peu d'éléments : une partie du socle et des genoux. Tout le reste date ainsi des restaurations faites en 1692.


Une grande merveille qui en cache bien d’autres

Le Todai-ji ne saurait se résumer uniquement au grand Bouddha de bronze. Dès l’entrée, la magnifique Nandaimon (Grande Porte du Sud) que l'on doit passer fait sensation, encadrée par deux statues de rois bienveillants. Cette dernière est un des derniers restes de l'ancienne enceinte.

Todai-ji

La porte sud Nandaimon

Todai-ji

Détail d'un boddhisattva doré

Au sein même du Daibutsu-den, une ouverture au pied d’un pilier (derrière l’épaule gauche du Bouddha) laisse passer tout personne persévérante qui souhaite tenter d’obtenir la promesse de l’Eveil dans une prochaine vie.

À ne pas négliger non plus, les effrayantes sculptures de bois des gardiens du Bouddha qui se terrent à ses arrières, dans l'ombre, ainsi que les deux rutilants boddhisattva de bois couvert d’or assis à ses côtés. 

Pour ceux qui souhaitent approfondir l’étude de l’histoire du Todai-ji, un musée attend le visiteur à côté de la porte Nandaimon. Enfin, encore pour rappeler l’impermanence des choses et la petitesse de l’homme, traverser les vastes étendues de pelouse, tourner à gauche, suivre l’enceinte du Daibutsu-den et emprunter la volée de marches jusqu’à arriver au hall du Nigatsu-dô, sur la terrasse duquel se dévoile entière la ville de Nara, immuable.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs