Accueil > Nara > Todaiji - 東大寺

Todaiji
東大寺

Le temple Todaiji

Le temple Todaiji dans lequel se cache le Grand Bouddha.

Le Grand Bouddha du temple Todaiji

Le Grand Bouddha du temple Todaiji

Le temple Todaiji

Vue sur le temple Todaiji.

Le temple Todaiji

Vue sur la porte d'entrée du temple Todaiji.

Le temple Todaiji à Nara

Vue sur le temple Todaiji situé à Nara, ancienne capitale impériale.

Le temple Todaiji

Le jardin du temple Todaiji.

Un temple pour les gouverner tous !

Si ce grand temple de l’est (Todaiji) attise la curiosité de par son imposante statue du Bouddha, son statut, lui, de premier lieu sacré bouddhique de province ne saurait être mis de côté. Cette folie des grandeurs en un lieu chargé d’histoire force le respect.

Todaiji concrétise la notion d’infiniment plus grand d’ordinaire attribuée aux dieux. Le Bouddha, que la religion bouddhiste n’aspire pas à faire figurer parmi les divinités, côtoie plusieurs dimensions selon le bouddhisme Mahayana, dit du Grand Véhicule. D’une incarnation terrestre, il atteint le vide absolu en passant par l’étape intermédiaire de l’élévation de son esprit. 

L’immense statue le représentant dans le Daibutsuden (Hall du Grand Bouddha) semble rappeler cette existence plurielle. Vairocana (« le Tout rayonnant »), le Bouddha absolu, à ne pas confondre avec le Bouddha historique Siddhârta Gautama appelé aussi Sakyamuni, s’incarne dans une idole de bronze saisissable par le commun des hommes tout en restant hors d’atteinte du fait de son impressionnante hauteur. 

Cette osmose des trois stades de promotion de l’esprit rend le plus bel hommage au modèle suprême auquel tend l’enseignement bouddhique.

Un monument à nul autre pareil

Commandé en 743 par l’empereur Shômu (701-756), l’édifice du Todaiji fut achevé huit ans plus tard. Encore jusqu’en 1998, il possédait le titre de plus grand bâtiment en bois du monde alors que de nombreuses destructions et les reconstructions consécutives avaient ramené sa taille aux deux tiers de l’édifice originel. 

Selon la légende, la statue fut coulée en bronze par plus de deux millions de Japonais, ruinant dans le même temps les réserves de métal du pays. La cérémonie d’ouverture de l’espace sacré en 752 fut symbolisée par l’éveil du Bouddha auquel des yeux furent dessinés. Les nombreux présents recueillis à l’occasion de cet événement composent aujourd’hui la salle aux trésors (Shôsôin), située au nord-ouest du Daibutsuden. 

Le Bouddha, de quinze mètres de hauteur, possède la coiffure la plus sophistiquée de l’archipel, faite de plus de centaines de boules de bronze. Reposant sur une fleur de lotus, il élève sa main droite en signe d’apaisement.

Un ancien centre de commandement

Dès sa fondation, le Todaiji eut pour fonction de concentrer les différentes sectes bouddhiques du Japon de la période de Nara (710-794), les Nanto Rokushû ou Six sectes de Nara, et de les administrer. A la tête de tous les temples, il faisait autorité et les moines officiels se devaient de s’y faire ordonner. 

Sa réputation s’étendit grâce au moine Kûkai (774-835), célèbre fondateur de l’espace sacré du Mont Koya et à l’initiative de la secte Shingon, en charge des affaires sacerdotales de l’empire et de l’administration du Todaiji à partir de 810. Aujourd’hui, ce temple reste la source et le lieu de culte le plus actif de la secte Kegon, l’un des six courants de l’ère Nara.

Une grande merveille qui en cache bien d’autres

Le Todaiji ne saurait se résumer uniquement au grand Bouddha de bronze. Dès l’entrée, la Nandaimon (Grande Porte du Sud) fait sensation, encadrée par deux statues de rois bienveillants. Au sein même du Daibutsuden, une ouverture au sein d’un pilier derrière l’épaule gauche du Bouddha laisse passer tout enfant ou adulte persévérant qui souhaite tenter d’obtenir la promesse de l’Eveil dans une prochaine vie. A ne pas négliger non plus, les effrayantes sculptures de bois des gardiens du Bouddha qui se terrent à ses arrières, ainsi que les deux boddhisattva de bois couvert d’or à ses côtés. 

Pour ceux qui souhaitent approfondir l’étude de l’histoire du Todaiji, un musée attend le visiteur à côté de la porte Nandaimon. Enfin, encore pour rappeler l’impermanence des choses et la petitesse de l’homme, traverser les vastes étendues de pelouse, tourner à gauche, suivre l’enceinte du Daibutsuden et emprunter la volée de marches jusqu’à arriver au hall du Nigatsu-dô, sur la terrasse duquel se dévoile entière la ville de Nara, immuable.

Todaiji
東大寺

Adresse :

406-1 Zôshi-cho, Nara.

Téléphone :

+81 (0)74 222 5511.

Horaires :

ouvert tous les jours de 8 heures (le musée ouvre à 9 heures 30) à 16 heures 30.

Prix :

500 yens pour le Daibutsuden et 500 yens pour le musée seul. Billet combinant le musée et le Daibutsuden pour 800 yens.

Accès :

arrêt Daibutsuden Kasuga Taisha mae des lignes de bus mises à disposition par les compagnies de chemin de fer JR West ou Kintetsu Railways depuis leurs gares respectives. A 20 minutes à pied depuis la gare de Nara.

Et aussi ...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience d'utilisateur, vous proposer des contenus personnalisés adaptés à vos centres d'intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus et paramétrer vos préférences de cookies.