Tôshôdaiji   唐招提寺

Date de publication :
Le temple Tôshôdaiji à Nara

Le Kondô, bâtiment principal à huit piliers galbés.

Statue du temple Tôshôdaiji

Statue du moine Ganjin Wajo.

Paradigmes de l’architecture de Nara

Symbole des réformes initiées par l’empereur Shômu (699-756), un fervent bouddhiste, Tôshôdaiji figure comme l’un des grands monastères de l’ancienne capitale impériale. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, il marque l’entrée du pays dans une ère nouvelle tant artistique que spirituelle.

Le temple Tôshôdaiji fut fondé en 759 par Jian Zhen, Ganjin en japonais (688-763), religieux bouddhiste chinois invité par l’empereur Shômu à initier ses sujets aux préceptes de l’Eveillé. Après maintes tribulations, cinq naufrages et la maladie provoquant une cécité, il parvient après douze années de tentatives à rejoindre l’archipel. Accompagné de disciples et d’artisans, il établit son école d’abord au Todaiji.

Une fois érigé, le Tôshôdaiji devient le siège de la secte bouddhique Ritsu, privilégiant l’enseignement moral et le strict respect des règles de la discipline monastique. Situé à cinq kilomètres à l’ouest de Nara, dans le quartier de Gojô-chô, le site, qui fut relativement épargné des incendies, conserve une somme importante de chefs-d’œuvre classés « trésor national ». Notamment une remarquable sculpture datant de 763, en laque sec, représentant le vieux maître, natif de Yangzhou, assis en posture de méditation. D’autres statues anciennes de Bouddhas et de bodhisattva illustrent ce style spécifique de l’époque conciliant dans la ciselure du bois la force de la compassion et la fragile condition humaine.

Le Kondô, bâtiment principal à huit piliers galbés, seul exemple de ce type encore visible à Nara, constitue un témoignage unique de l’architecture japonaise du VIIIe siècle. Ses proportions, sa sobriété reflètent les influences continentales. Construit à la même époque, le Kôdô, salle de lecture servant autrefois comme salle du conseil pour la cour de Nara, faisait à l’origine partie des bâtiments du palais impérial. Aujourd’hui, il demeure le seul élément sauvegardé du palais. Le 6 juin, chaque année, est célébrée la date anniversaire de la mort de Ganjin, le fondateur.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs