Accueil > Niigata

Visiter Niigata
新潟

Le pont Bandai au moment des cerisiers en fleurs

Le pont Bandai au moment des cerisiers en fleurs

Les geishas de Niigata

Les geishas de Niigata

La région de Niigata comprend aussi plusieurs stations de ski

La région de Niigata comprend aussi plusieurs stations de ski, comme ici à Myokokogen

Dans le Musée de la Culture du Nord

La pièce aux cent tatamis dans le Musée de la Culture du Nord

Le Pont Bandai, symbole de Niigata

Le Pont Bandai, symbole de Niigata

Entre mer et montagne

Située sur l’estuaire de Shinano, la rivière la plus longue du Japon, Niigata est une cité portuaire méconnue, à deux heures environ en Shinkansen au nord de Tokyo.

Longtemps premier port sur la mer du Japon, Niigata est une ville industrielle composée de larges artères, parsemée de multiples parcs et jardins qui en font une cité agréable à vivre. Ses habitants aiment flâner sur les rives verdoyantes des rivières Shinano et Agano, ou encore se promener sur les passerelles du pont Bandai, long ouvrage de 300 mètres reconstruit en 1929. Ses six élégantes arches sont devenues le symbole de la ville.

Une histoire préservée

Au XVIIe siècle, la ville était logée sur l’île entre le cours des rivières Shinano et Agano. Niigata a su préserver quelques joyaux dans ce centre historique ou quartier de Furumachi. Erigée en 1918, la villa d’été de la famille Saito notamment, l’une des trois familles de marchands les plus prospères à l’époque Meiji, est une magnifique demeure en bois entourée de jardins, où l’on peut assister à des spectacles de Furumachi Geigei, les geishas de Niigata. Le sanctuaire Hakusan est au cœur d’un vaste parc, premier espace vert public de l’Archipel ouvert en 1873.

Une pièce de cent tatamis

Plus loin, le musée des cultures du nord est l’ancienne propriété du clan Itô, plus grands propriétaires terriens de la région. Le domaine, construit en 1882, totalise 65 pièces dont l’une de cent tatamis donnant sur un superbe jardin qui a servi de décor pour des films japonais. Dans le restaurant des lieux, on déguste le riz local cuisiné dans un traditionnel Hagama (pot de cuisson), posé au milieu de la table.

Du riz savoureux

La région de Niigata est réputée pour la qualité de son riz koshihikari (grain court), le plus coûteux de l’archipel mais aussi le plus riche en saveurs. Elle est aussi une grande productrice de galettes de riz ou Senbei, dont les recettes de fabrication sont dévoilées au Niigata Senbei Okoku. Les visiteurs sont invités à mettre les mains à la pâte, à cuire et décorer leur propre galette.

Un distributeur de saké !

Située au pied des montagnes et au bord de l’océan, Niigata est réputée pour la qualité de ses eaux. Elle compte ainsi quinze brasseries de saké, dont certaines fondées à l’époque d’Edo (1603-1868). On peut notamment visiter la brasserie Imayotsukasa ou faire une dégustation à la gare, grâce à l’astucieux distributeur du Ponshukan.

Festivités

Vers la mi-septembre, plusieurs milliers de danseurs de la région et du pays convergent vers Niigata pour le Festival de danse Sô Odori. L’événement, suspendu en 1868 avant d’être relancé en 2001, apportait force et courage aux personnes qui vivaient dans ce territoire rugueux et enneigé. Durant trois jours et trois nuits, danses traditionnelles et modernes s’enchaînent en divers endroits de la ville.