Le Musée des cultures du Nord   北方文化博物館

Date de publication :
Dans le Musée de la Culture du Nord

La pièce aux cent tatamis dans le Musée de la Culture du Nord

Niigata Maison Ito

Une tonnelle de glycines accueille le visiteur.

Le Musée des cultures du Nord est ouvert sur l'extérieur dans un style purement japonais

Le Musée des cultures du Nord est ouvert sur l'extérieur dans un style purement japonais

Le musée renferme une collection de céramiques

Le musée renferme une collection de céramiques

Grandeur et élégance du clan Itô

Ce vaste domaine de propriétaires terriens de l’époque d’Edo renferme une villa de 65 pièces donnant sur un magnifique jardin.

Un pin trois fois centenaire accueille le visiteur du Musée des cultures du Nord et, au mois de mai, une impressionnante tonnelle de glycines lui offre un somptueux rempart de grappes mauves face aux ardeurs du soleil. Etendue sur 2,9 hectares, l’ancienne propriété du clan Itô donne l'occasion d'un bref voyage dans le temps en livrant un avant-goût de la vie quotidienne des grands fermiers de la région.

La famille Itô Bunkichi se serait installée sur les lieux dès l’époque d’Edo (1603-1868), avant de s’imposer premiers propriétaires fonciers de Niigata au début de l’ère Shôwa, dans les années 1930. Elle totalisait 1370 hectares de rizières exploitées par 2800 locataires ainsi que mille hectares de forêts.

60kg de riz au petit-déjeuner

La demeure actuelle, construite en 1882, s’est transformée en musée en 1946, quand la grande réforme agraire a contraint les Itô à céder une partie de leurs terres. L’établissement expose calligraphies, céramiques, laques et documents liés à l’histoire de la famille.

Dans la villa de 65 pièces vivaient le clan Itô ainsi qu’une cinquantaine de domestiques. La cuisine d’époque a préservé les fourneaux où 60 kilogrammes de riz devaient être cuits chaque matin. 

Dégustation de koshihikari

La pièce la plus impressionnante et majestueuse demeure le zashiki, gigantesque salle de réception de cent tatamis donnant sur un superbe jardin ! Dessiné par le jardinier paysagiste Taiami Tanaka (1898-1978), le lieu a servi de décor pour des films japonais.

Dans le restaurant Misogura, on déguste notamment le fameux riz local koshihikari, cuit de manière traditionnelle dans un hagama, une petite marmite en étain posée au milieu de la table. Deux maisons fermières au toit de chaume, un petit café Iwano-ya et une boutique de souvenirs Sanraku complètent l'ensemble, sans oublier l'auberge traditionnelle Dairo-an à l’extérieur.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs