Yajima et Kyojima   矢島・経島

Date de publication :
Promenade en tarai-bune, Yajima et Kyojima, Sadogashima

Promenade en tarai-bune, Yajima et Kyojima, Sadogashima

 Kyojima, Sadogashima

Kyojima, Sadogashima

Maison abandonnée sur Kyojima, Sadogashima

Maison abandonnée sur Kyojima, Sadogashima

Les îlots légendaires

Yajima et Kyojima sont deux îlots pittoresques situés sur la côte d’Ogi, qui borde la mer au sud-ouest  de l’île de Sado (Sadogashima), dans la préfecture de Niigata.

Tarai-bune. Yajima et Kyojima, Sadogashima

Tarai-bune. Yajima et Kyojima, Sadogashima

Yajima et Kyojima, Sadogashima

Yajima et Kyojima, Sadogashima

Pont sur les îles de Yajima et Kyojima

Pont sur les îles de Yajima et Kyojima

Reliés par un pont en arc rouge vif, les deux îlots sont entourés d’une eau turquoise et  limpide, ce qui en fait un paysage très pittoresque. Il est possible de découvrir cet endroit idyllique en se promenant sur un petit bateau rond typique de l’île de Sado appelé tarai-bune.

Kyojima


Mais ces deux petites îles sont plus qu’un paysage, toutes deux sont liées à une légende. La plus petite, Kyojima, signifie "l’île du sutra". En effet, il est dit qu’au XIIIe siècle, Nichiro, un disciple du moine Nichiren, envoyé en exil par le gouvernement militaire de Kamakura sur l’île de Sado, fit naufrage sur cette île alors qu’il venait annoncer à son maître qu’il était pardonné. Nichiro aurait alors récité des sutra (kyo en japonais) pendant toute la nuit passée sur l’îlot. Aujourd’hui, sur ce minuscule lopin de terre cerné par la mer se trouve un petite maison au toit de chaume abandonnée, comme dans un conte de fées.

Lire : Visites guidées en bus-restaurant

Yajima


Beaucoup plus grande que sa voisine, Yajima est bordée de rochers déchiquetés. À marée basse, on peut marcher tout autour et admirer ses eaux limpides - avec des chaussures appropriées ! -. Son nom signifie "l’île flèche", car il y pousse une sorte de bambou (Pseudosasa Japonica), réputée pour la fabrication des flèches. Dans le célèbre ouvrage du XIIe siècle "Le dit des Heikei", il est fait mention du samouraï Yorimasa Minamoto, qui en 1153 aurait tué un nue, une créature fantastique de la mythologie japonaise, avec un flèche en bambou de Yajima. 

C’est sur l’île de Sado que l’on peut voir les derniers tarai-bune.

Lire aussi : Le mont Haguro

Tarai-bune : les bateaux cuvette


Ces petits bateaux inventés vers les années 1880, de forme ovale, en bois de cèdre et de bambou étaient essentiellement utilisés par les femmes pour la pêche aux algues et pour attraper certains coquillages très prisés comme les turbo cornus (sazae) ou les ormeaux (awabi). On ne trouvait ces bateaux qu’à Sadogashima et sur les côtes de l’ancienne province d’Echigo (dans l’actuelle préfecture de Niigata). Il ne reste actuellement qu’environ 200 "bateaux cuvettes" (tarai signifie cuvette et fune ou bune, bateau), utilisés dans une demi-douzaine de villages de pêcheurs à Sado et surtout pour le tourisme. Le port d’Ogi, Yajima et Kyojima sont les trois endroits où l’on propose de courtes promenades (environ 10 minutes) en tarai-bune, accompagné d’une rameuse en costume local ou seul à la pagaie. 

Dans le film de Hayao Miyasaki "Le voyage de Chihiro", Chihiro apparait un moment à bord d’un tarai-bune. 

Promenade en tarai-bune à Sado

Promenade en tarai-bune à Sado

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs

Tarai Fune

Très instructif et sympa.Ça donne envie d'être dans les tarai fune.Cependant,10mn c'est peu