Le Festival Yayoi   弥生祭

Date de publication :
La procession du festival Yayoi arrive au sanctuaire Futarasan Jinja à Nikko

La procession du festival Yayoi arrive au sanctuaire Futarasan Jinja à Nikko

L'un des onze chars du Festival Yayoi, décorés de fleurs de cerisiers

L'un des onze chars du Festival Yayoi, décorés de fleurs de cerisiers

Prières au sanctuaire Futarasan Jinja lors du Festival Yayoi, à Nikko

Prières au sanctuaire Futarasan Jinja lors du Festival Yayoi, à Nikko

L'entrée du sanctuaire Futarasan Jinja, à Nikko, au moment du Festival Yayoi

L'entrée du sanctuaire Futarasan Jinja, à Nikko, au moment du Festival Yayoi

Des chars aux fleurs de cerisiers à Nikko

Au Nord de Tokyo, la ville de Nikko célèbre aussi ses sakura : rendez-vous le 17 avril au sanctuaire Futarasan Jinja pour un défilé traditionnel aux couleurs des cerisiers. 

Le Festival Yayoi de Nikko, pendant la saison des cerisiers en fleurs, est une fête ancienne qui remonte au VIIIe siècle. Sa particularité : ses chars décorés de fleurs de sakura, appelés hana yatai, qui défilent dans les rues de la ville pour annoncer l'arrivée du printemps. Il était autrefois célébré en mars, mois appelé "Yayoi" dans l'ancien calendrier japonais, d'où le nom de Yayoi Matsuri, "Festival du mois de mars" (Yayoi est aussi le nom d'une époque antique dans l'Histoire du Japon). 

Défilé fleuri

Le 17 avril, onze chars au total défilent depuis les quartiers Est et Ouest de Nikko et se retrouvent au Futarasan Jinja, l'un des nombreux sanctuaires et temples classés au patrimoine mondial de l'Unesco à Nikko. Musiques et salutations rituelles rythment la cérémonie. Le Futarasan Jinja est un lieu consacré à la montagne elle-même. Il a été fondé en 790 par le moine Shodo, qui fut le premier à gravir le mont Nantai et y fonda le sanctuaire.

Lire aussi : Takayama Matsuri, le festival des chars

Gare au faux pas !

Le Yayoi Matsuri est aussi appelé "Gota Matsuri", gota signifiant "ennuis" en japonais. En effet, le festival met en scène une cérémonie millimétrée qui ne laisse pas le droit à l'erreur. Tout faux pas mène ainsi à l'interruption du déflié et est considérée comme de mauvais augure pour la population !

Festival en live

La particularité en 2017 : huit caméras ont été installées dans l'enceinte du sanctuaire, afin de retransmettre les réjouissances et permettre à celles et ceux qui ne peuvent pas s'y rendre de suivre le festival en direct depuis plusieurs angles. Le Japon est décidément le pays où 1 200 ans de tradition n'empêchent pas l'irruption de la modernité...

Voir aussi : Le top 6 des lieux où voir les cerisiers à Tokyo

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs