Kanmangafuchi Abyss   憾満ヶ淵

Date de publication :
Les Bouddhas fantômes de Nikkô

Les Bouddhas fantômes de Nikkô

bouddha jizo

Le Jizō protège les âmes des défunts, en particulier celles des enfants.

Kanmangafuchi Abyss fleuve

La gorge spectaculaire de Kanmangafuchi creusée par le fleuve.

Kanmangafuchi Abyss à Nikko

Kanmangafuchi Abyss à Nikko

kanmangafuchi

N’oubliez pas de rendre hommage au fleuve lui-même en jetant une pièce dans le réceptacle en pierre.

Hors des sentiers battus de Nikkô

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Nikko est presque une étape obligée lors d’un premier voyage au Japon. La magnificence de ses temples et sanctuaires en fait un lieu de visite et de pèlerinage très prisé, souvent bondé. Il existe cependant plusieurs sites à explorer pour s’éloigner de la foule. L’Abysse de Kanmangafuchi en est un.

À quelques heures de train de Tokyo, la ville de Nikkô dispose de nombreux sites historiques classés.

Les bouddhas fantômes de Nikko

Si l’imposant Tôshô-gû fait la réputation de Nikko, tout comme le grand sanctuaire Futarasan jinja, il faudra aux voyageurs en quête de spiritualité un peu plus d’énergie pour explorer à pied les proches environs et découvrir les pépites cachées de la ville. Parmi elles, au bord d’un fleuve furieux qui a creusé la roche en une gorge spectaculaire (d’où le nom d’Abysse), l’alignement de Bouddhas Jizô de Kanmangafuchi dégage une aura toute particulière.

Est-ce à cause de son isolement par rapport aux grands temples ? Son emplacement entre cascades et forêt ? Le fait que l’on ne connaisse pas vraiment la signification de ces Jizô ? Sans doute à cause de tout cela à la fois, la lignée des Bouddhas de Kanmangafuchi reste entourée de secrets. Ils sont environ 70 à veiller au bord du fleuve, un sourire serein aux lèvres. Il faut savoir que le Jizô protège les âmes des défunts, en particulier celles des enfants. C’est pourquoi les statues sont vêtues de bonnets et de bavoirs rouges écarlates, ce qui ajoute à leur bienveillance, mais aussi à leur mystère.

Lire : Les 60 bouddhas d'Usuki

On les appelle "Bouddhas fantômes" (Bake Jizō), car ils ont tendance à "disparaître". Impossible, croyez-vous ? La légende veut pourtant que si l’on tente de compter les statues, on ne trouve pas le même nombre à l’aller et au retour. De nombreuses personnes confirment qu’on en compte "environ" soixante-dix. Certains prétendent même que les Bouddhas changent de place à la nuit tombée. Il faudra donc faire l’expérience par vous-même pour essayer de percer le mystère de Kanmangafuchi !

Balade spirituelle

Kanmangafuchi offrira par ailleurs une balade rythmée par le bouillonnant fleuve en contrebas, mais pourtant relativement calme, car assez peu fréquentée. Cela permet s’imprégner de l’atmosphère du lieu. N’oubliez pas de rendre hommage au fleuve lui-même, en jetant une pièce dans le réceptacle en pierre qui le surplombe. La vue sur les cascades de la rive opposées est également reposante.

Lire aussi : Promenade autour du lac Chûzenji

Une agréable marche à travers un quartier résidentiel de Nikkô vous mènera au site, ce qui ne gâche rien. Il faut compter une trentaine de minutes à pied depuis le Tôshô-gû pour accéder aux Bouddhas fantômes.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs