Shunki reitaisai, le grand festival du printemps   春季例大祭

Date de publication :
La procession se dirige vers le temple Tôshô-gû (Nikko)

La procession se dirige vers le temple Tôshô-gû (Nikko)

Les archers au temple Tôshô-gû de Nikko doivent atteindre 3 cibles espacées de 7 mètres tout en chevauchant

Les archers au temple Tôshô-gû de Nikko doivent atteindre 3 cibles espacées de 7 mètres tout en chevauchant

La parade des samouraï à Nikko

La parade des samouraï à Nikko

Funérailles festives

Les 17 et 18 mai, une procession d'un millier d'hommes habillés en samouraïs, défile à Nikkô et reproduit les funérailles du shôgun Tokugawa Ieyasu (1543-1616), enterré au temple Tôshô-gû en 1617.

Le festival Shunki reitaisai reproduit les funérailles de Tokugawa Ieyasu à Nikkô.

Parade grandiose

Le défilé part du sanctuaire Otabisho, situé près du pont Shinkyo. Cette procession, appelée Hyakumono-Zoroe Sennin Gyôretsu, est composée de 1 000 hommes habillés en tenue de samouraïs du XVIIIe siècle. Suivent ensuite les prêtres shinto, vêtus de rouges et à cheval. Enfin, viennent les hommes revêtus de l'armure entière de samouraï. Trois temples portatifs, mikoshi, font partie du défilé. À l'intérieur résident les esprits des shôgun, dont Tokugawa Ieyasu.

Lire : Tôshô-gû, le mausolée du shôgun

Une fois arrivée au Tôshô-gû, la procession s'y arrête et des danses ont lieu dans l'enceinte du temple, au son des musiques de cour. Le temple Nikkô Tôshô-gû fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO. Construit par Tokugawa Hidetada (1579-1632) pour son père Ieyasu, il a même été amélioré par le petit-fils du second, Iemitsu (1604-1651). Une fois divinisé, Ieyasu est connu sous le nom de Daigongen "Le grand Gongen, lumière de l'Est"; et le style d'architecture du mausolée est aujourd'hui appelé gongen-zukuri, le style Gongen

À cheval sur les traditions

Le 17 mai a lieu le tournoi de yabusame, le tir à l'arc traditionnel japonais : des cavalier-archers tirent sur des cibles tout en chevauchant. La tradition date de l'époque Kamakura (1185-1333), lorsque Minamoto no Yoritomo (1147-1199) réalisa que ses soldats manquaient de talent pour le tir à l'arc. La famille Tokugawa présidait les festivités. Neuf archers se présentaient à la compétition : après avoir paradé le long de la route Omote-sando à Nikkô, ils étaient divisés en deux et groupes et devaient atteindre trois cibles positionnées à sept mètres d'écart.

Lire aussi : Le shintoïsme

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs