Le temple Taiyuin   大猷院廟

Date de publication :
La porte Nitenmon du Teiyuin

La porte Nitenmon contenant les gardiens du temple est lourdement chargée d'or et de couleurs vives.

Le toit d'un des bâtiments du Taiyuin

Les temples de Nikko sont tous des temples du luxe et de l'ostentation.

La fontaine d'ablutions suibansha.
Les lanternes du Taiyuin

Un petit bout de la forêt de lanternes du Taiyuin.

Le tombeau du Taiyuin

L'entrée du tombeau du shogun Iemitsu au delà duquel personne ne peut aller.

Tel grand-père, tel petit-fils

Dans l’ombre de l’éclatant sanctuaire du Toshogu se trouve le temple voisin de Taiyuin, mausolée du shogun Iemitsu. Un temple discret cachant des trésors d’architecture n’ayant rien à envier à son grand-père.

Le Taiyuin est un clone du Toshogu, le mausolée du premier shogun Ieyasu. Il s’agit du mausolée du petit-fils de ce dernier, le 3e shogun Iemitsu mort en 1648. Les deux temples sont voisins et partagent une architecture presque identique. Ce n’est pas un hasard, le Toshogu et le Taiyuin furent construits sur ordre de Iemitsu et réalisés par les mêmes architectes et artisans. Le Taiyuin tire son nom du nom funéraire du 3e shogun.

Il existe cependant une différence, de taille. Le Taiyuin fut construit volontairement moins grand et moins luxueux que le Toshogu. Iemitsu, par respect pour son ancêtre, avait interdit que son tombeau puisse faire de l’ombre à celui du fondateur de la dynastie.

Attention à l'ascension

On accède aujourd’hui au Taiyuin par un chemin partant du Toshogu qui longe le sanctuaire Futarasan. Le Taiyuin est officiellement un temple bouddhiste même s’il mélange des éléments bouddhistes et shintoïstes. Le temple se méritera un peu car il a été construit à flanc de montagne et épouse le relief. Les visiteurs doivent donc monter de nombreuses volées de marches séparées par des paliers jusqu’au cœur du temple.

Un ton en dessous

Si la couleur du Toshogu est l’or, celle du Taiyuin est le rouge vermillon que l'on retrouve sur le Niômon, la porte des gardiens, terrifiants et splendides.

Le temple est orné de très nombreuses sculptures sur bois attribuées à Hidari Jingôro dont un célèbre dragon blanc qui orne la porte Karamon.

La fontaine d’ablutions suibansha fut, elle, offerte par les seigneurs du Kyûshû  à l'époque de l'édification du mausolée et reprend l’architecture de cette île ouverte aux influences chinoises.

On trouve également une grande esplanade de lanternes offertes par les différents seigneurs vassaux du shogun qui forment désormais une véritable petite forêt de lanternes rongées par la mousse. On admirera les nombreux cèdres qui encerclent le temple et donnent une impression d’immersion dans la nature.

Au cœur du sanctuaire

C’est sur la plus haute terrasse que l’on trouve le cœur du temple, le honden, où se déroulent les cérémonies. Les visiteurs sont admis dans ce bâtiment et peuvent à loisir admirer ses sculptures, ses piliers dorés à la feuille, ses peintures vives et ses ornements d’or.

Il faut cependant se résoudre à ne voir que la porte du tombeau de Iemitsu, une porte décorée finement car la tombe elle-même reste est fermée au public.

Moins pris d’assaut que le Toshogu, plus immergé dans son environnement et tout aussi superbe, la visite du Taiyuin est un incontournable parmi les temples et sanctuaires de Nikko, classés au patrimoine de l’UNESCO.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs