Okayama   岡山

Date de publication :
Une statue de Momotarô devant la gare d'Okayama

Héros régional, Momotarô est partout dans Okayama.

Le grand Pont de Seto

Le Grand Pont de Seto relie Honshu à Shikuko et contribue au dynamisme de la région d'Okayama.

Des pêches d'Okayama

Okayama, réputée, pour son beau temps est connue partout au Japon comme étant la région de la pêche.

Momotarô sur une boîte aux lettres

À Okayama, Momotarô est partout : statues, plaques d'égout et même boîtes aux lettres sont à l'effigie du petit garçon.

La plaine de Kibi

La plaine de Kini : entre piste cyclable, kofun (tumulus japonais) et sanctuaires.

Un Kofun de la période Kibi

Le nombre de Kofun trouvés dans la région d'Okayama montre l'importance du royaume au IVe et Ve siècle.

Un carrefour entre deux îles

Sur la route d’Hiroshima en Shinkansen ou en voiture, un arrêt s’impose à Okayama, ville carrefour entre Honshu et Shikoku, où la noblesse d'un royaume passé cohabite avec les vergers.

La région d’Okayama a sa petite réputation au Japon : il y ferait beau toute l’année ! La chaîne de montagnes qui sépare la partie Nord du Chûgoku de sa partie Sud retiendrait tous les nuages au Nord de l’île, épargnant ainsi la partie méridionale de toute pluie !

Ainsi, la région s’est spécialisée dans la culture de fruits divers et variés mais dont les stars restent la pêche et du raisin, respectivement momo et budô en japonais.

Plus que le soleil, c’est avant tout la situation géographique de la ville d’Okayama qui en a fait une cité si prospère. Elle est en effet située sur la côte nord de la mer de Seto, à la croisée de trois rivières (Yoshii, Asahi et Takahishi) et sur la route de Sanyo, qui relie la région de Kyoto à la région d’Hiroshima : un véritable carrefour.

Par ailleurs le Grand Pont de Seto qui mesure 1 400 mètres de long relie la ville à l’île de Shikoku, ce qui en fait un des principaux points de passages entre les deux îles de l’archipel.

À lire : Le pèlerinage de Shikoku

Okayama et la pêche géante

La pêche est le fruit phare de la région qu’on retrouve absolument partout à Okayama. Celles que l'on peut déguster aujourd’hui ne sont pourtant pas des pêches 100% japonaises, qui sont très dures et petites, mais le résultat d’un croisement effectué avec des pêches chinoises introduites au Japon en 1875. Goûtues et juteuses, les pêches d’Okayama sont une véritable fierté pour les habitants de la région.

Mais la pêche est également l'une des légendes les plus populaires du Japon, par ailleurs associée à la région d’Okayama. C’est l’histoire de Momotarô, petit garçon envoyé sur terre depuis le ciel à la place du noyau d’une énorme pêche pour égayer les jours d’un vieux couple sans enfant.

Un jour Momotarô décide de partir combattre un démon et sa bande qui tyrannisent la région. En chemin il rencontre un singe, un chien et un faisan qui acceptent de l’aider dans sa quête. Avec leur concours, il affronte et bat le démon, récupère son trésor et retourne enfin chez ses parents adoptifs, chez qui il finit des jours heureux. Partout dans la ville, les voyageurs venus visiter Okayama retrouveront la figure de Momotarô et de ses trois compagnons.

Okayama, ville des daimyos et des rois

Les principales attractions d’Okayama sont : le château de la ville et le célèbre jardin Kōrakuen, qui datent tous deux du XVIIe siècle.

Mais bien avant leur construction, Okayama était le centre du Kibi, un royaume indépendant établi au VIIe siècle de notre ère. Temples et vestiges de ce royaume disparu se situent au nord-ouest de la ville et se visitent volontiers à vélo.

La route de Kibi, qui relie Okayama à la petite ville de Soja, est en effet très appréciée des japonais eux-mêmes, qui viennent faire des balades à vélo sur cette piste cyclable de près de 17 km, profitant ainsi du microclimat de la région, mais aussi des champs de cosmos ou des vergers de la plaine. La piste croise aussi le chemin de nombreux lieux sacrés comme le sanctuaire Kibitsuhiko, classé trésor national.

Lire aussi : Le jardin Kôrakuen

Une légende raconte d'ailleurs que le prince Kibitsuhiko, issu du clan ennemi Yamato, fut envoyé dans la région pour pacifier le royaume de Kibi et le libérer d’un ogre nommé Ura. Celle-ci est donc souvent associée à celle de Momotarô.

Depuis Okayama, on peut rejoindre entre autres Naoshima, l’île de l’art, le château Matsuyama-jô (qui n’a rien à voir avec celui situé sur Shikoku), le pittoresque village de Kurashiki et les petits ports de Tomonoura et Onomichi.

Pour aller plus loin :


Visitez le Japon sur les routes : louez une voiture !