Okayama   岡山

Date de publication :
Château okayama

Le château d'Okayama le long de la rivière Asahi

okayama

Les jardins Kōraku-en et le château

Grand pont seto

Le Grand Pont de Seto

La ville de Momotarô et un carrefour entre deux îles

Sur la route d’Hiroshima en Shinkansen ou en voiture, un arrêt s’impose à Okayama, ville carrefour entre Honshu et Shikoku, où la noblesse d'un royaume passé cohabite avec les vergers. Moins connue que ses grandes sœurs Hiroshima et Himeji, la ville et la préfecture  méritent pourtant le détour.

Une situation géographique unique

Riche de 700 000 habitants, Okayama est la capitale de la préfecture du même nom. La région d’Okayama a sa petite réputation au Japon : il y ferait beau toute l’année ! La chaîne de montagnes qui sépare la partie Nord du Chûgoku de sa partie Sud retiendrait tous les nuages au Nord de l’île, épargnant ainsi la partie méridionale de toute pluie. Ainsi, la région s’est spécialisée dans la culture de fruits divers et variés mais dont les stars restent la pêche et du raisin, respectivement momo et budô en japonais.

Plus que le soleil, c’est avant tout la situation géographique de la ville d’Okayama qui en a fait une cité si prospère. Elle est en effet située sur la côte nord de la mer de Seto, à la croisée de trois rivières (Yoshii, Asahi et Takahishi) et sur la route de Sanyo, qui relie la région de Kyoto à la région d’Hiroshima : un véritable carrefour.

Par ailleurs le Grand Pont de Seto qui mesure 1 400 mètres de long relie la ville à l’île de Shikoku, ce qui en fait un des principaux points de passages entre les deux îles de l’archipel.

La pêche est le fruit phare de la région qu’on retrouve absolument partout à Okayama. Celles que l'on peut déguster aujourd’hui ne sont pourtant pas des pêches 100 % japonaises, qui sont très dures et petites, mais le résultat d’un croisement effectué avec des pêches chinoises introduites au Japon en 1875. Goûtues et juteuses, les pêches d’Okayama sont une véritable fierté pour les habitants de la région.


Région d'origine de la légende de Momotarô

Mais la ville est également liée à l'une des légendes les plus populaires du Japon, associée à la région d’Okayama. C’est l’histoire de Momotarô, petit garçon envoyé sur terre depuis le ciel à la place du noyau d’une énorme pêche pour égayer les jours d’un vieux couple sans enfant. Un jour Momotarô décide de partir combattre un démon et sa bande qui tyrannisent la région. En chemin il rencontre un singe, un chien et un faisan qui acceptent de l’aider dans sa quête. Avec leur concours, il affronte et bat le démon, récupère son trésor et retourne enfin chez ses parents adoptifs, chez qui il finit des jours heureux.

Ainsi, partout dans la ville, les voyageurs venus visiter Okayama retrouveront la figure du petit Momotarô et de ses trois compagnons. Des statues et motifs le représentant sont disséminées dans toute la ville et représentent un sujet de photo très populaire.

okayama

Centre-ville d'Okayama

Momotarô sur une boîte aux lettres

À Okayama, Momotarô est partout : statues, plaques d'égout et même boîtes aux lettres sont à l'effigie du petit garçon.

Des pêches d'Okayama

Okayama, réputée, pour son beau temps est connue partout au Japon comme étant la région de la pêche.

Okayama, ville des rois du Kibi

Okayama était jadis le centre du Kibi, un royaume indépendant établi au 4ème siècle de notre ère. Temples et vestiges de ce royaume disparu se situent au nord-ouest de la ville et se visitent volontiers à vélo. Ainsi, la route de Kibi, qui relie Okayama à la petite ville de Sôja, est en effet très appréciée des Japonais eux-mêmes, qui viennent faire des balades à vélo sur cette piste cyclable de 15 km, profitant ainsi du microclimat de la région, mais aussi des champs de cosmos (splendides fleurs roses) ou des vergers de la plaine.

Cette promenade en vélo dans la plaine de Kibi est surtout l'occasion de découvrir de nombreux sites historiques, notamment des tumuli et des sanctuaires. 

À ne pas manquer dans la région de Kibi :

  • Le sanctuaire Kibitsu, qui était le sanctuaire principal de l'ensemble du royaume de Kibi

  • Le Kofun (tumulus) de Tsukuriyama, édifié au 5ème siècle et haut de 24 mètres. Il est entouré de 6 autres tumuli.

  • Le temple Bitcû Kokubun-ji, qui possède une belle pagode

Sanctuaire Kibitsu

Le sanctuaire Kibitsu

Bitchū Kokubun-ji

La pagode du Bitchū Kokubun-ji

Tsukuriyama

Les tumuli de Tsukuriyama

Lieux à visiter à Okayama : la zone culturelle de la ville

Passé le quartier plutôt animé de la gare, la zone la plus intéressante d'Okayama se situe sans doute à Higashiyama, à l'est de la ville. Ce quartier abrite une zone culturelle, qui englobe notamment les deux sites les plus célèbres de la ville : le château d'Okayama et le jardin Korakuen. Vous trouverez ainsi jardins, château et musées le long de la rivière Asahi.

Le château noir d'Okayama se trouve dans le parc Ujo, sur la rive ouest de la rivière, tandis que le jardin Korakuen est installé sur la rive d'en face. Le Korakuen est l'un des trois plus célèbres jardins du Japon. Installé sur 14 hectares, sa création fut achevée en 1700. On y trouve des maisons de thé, de grands lacs, de paisibles collines, des forêts d'érables, quelques allées et cascades et même un étang de lotus. Son nom signifie "jardin de la réjouissance ultérieure", une référence à une citation de Confucius.

Le château, quant à lui, surnommé "château du corbeau", est célèbre pour sa rare couleur noire. Il constitue une excellente réplique de 1966 de la version originelle, les plans d'origine étant été copiés pour la reconstruction.

okayama

Le château d'Okayama

Korakuen

Jardin Korakuen

Korakuen

Jardin Korakuen

Toujours dans la même zone, vous trouverez trois musées passionnants : le Musée de l'Orient d'Okayama, le Musée préfectoral d'Okayama, et le Musée préfectoral d'art d'Okayama (à ne pas confondre !).

Le Musée préfectoral présente une variété d'objets découverts dans différentes zones de la préfecture d'Okayama, allant des artefacts préhistoriques aux périodes Edo (1603-1868) et Meiji (1868-1912). Le musée d'art, quant à lui, expose 2000 œuvres d'artistes célèbres de la préfecture. Le Musée de l'Orient, dans un autre registre, s'intéresse à l'art du Proche et Moyen-Orient.

En outre, depuis Okayama, il est possible de rejoindre entre autres Naoshima, l’île de l’art, le château Matsuyama-jô (qui n’a rien à voir avec celui situé sur Shikoku), le pittoresque village de Kurashiki et les petits ports de Tomonoura et Onomichi.

A voir à Okayama :