Quartier de Bikan   美観

Date de publication :
Les barques du quartier de Bikan

Pour apprécier la visite, il sera nécessaire de faire un tour en barque dans le quartier de Bikan

Le quartier de Bikan

Les nombreux Kura jonchent la rivière du quartier de Bikan

Pavé César

Au coeur de Kurashiki, un dédale de ruelles concentre tous les charmes historiques de la ville.

Rues pavées, vieilles barques, bâtiments d'époque : c'est dans un quartier typique de l'ère Edo (1603-1867) que le quartier de Bikan offre à la ville de Kurashiki le témoignage de sa riche histoire.

Canal idéal

Bikan est le témoin intacte d'un époque florissante pour la région, sous les bons auspices du Shogun qui veillait au bonnes faveurs commerciales de la région, célèbre pour son commerce de riz.

La situation privilégiée du quartier, au bord d'un canal aboutissant au port de la ville, a permis d'y relayer les influences occidentales et japonaises, pour un environnement au charme indéniable. Les délices d'une promenade nocturne aux dernières lueurs des réverbères d'époque, projetant les ombres sur les fameux kura (entrepôts de stockage) japonais achèvera de convaincre du métissage qui eut lieu à Kurashiki ("la ville des entrepôts").

Les musées de Bikan

Il est d'ailleurs rare au Japon d'en voir autant se côtoyer, souvent victimes des bombardements, des incendies, et de la désindustrialisation. Mais ces entrepôts ont été reconvertis, aujourd'hui galeries, cafés et restaurants. Il sera d'ailleurs de mise de profiter de sa digestion pour faire une balade en barque japonaise dans les canaux de la ville, en admirant ce qu'elle a de plus authentique à nous offrir.

Une bonne occasion de planifier la suite de la visite en passant devant la façade du somptueux Musée Ohara, inspirée du Parthénon, devant le sanctuaire Achi-jinja ou bien le Musée Archéologique, lieux phares du quartier. 

Au nord de Bikan, les visiteurs se baladent et observent la vie quotidienne de ses habitants, lente et hors du temps, au milieu des habitations en bois et des ruelles presque désertes. On jurerait pouvoir rencontrer un négociant de l'ancienne Edo au coin d'une rue.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs