Festival Toka Ebisu   十日戎

Date de publication :
Festival Toka Ebisu

Des branches de bambous décorées d’amulettes sont distribuées ou vendues.

Festival Toka Ebisu

Les fuku-musume, ces jeunes femmes qui distribuent la bonne fortune.

Festival Toka Ebisu

Amulette porte bonheur du festival Toka Ebisu.

À la recherche du bonheur

L’année commence. Les festivités du nouvel an sont à peine terminées que déjà les Japonais viennent chercher la réussite pour les douze prochains mois lors du Toka Ebisu.

À Osaka particulièrement, plus d’un million de pèlerins et visiteurs se rendent au sanctuaire Imamiya Ebisu, fondé au VIIe siècle, pour célébrer "Ebessan", divinité des affaires, du commerce et de la pêche.

Autrefois, les marchands et pèlerins traversaient le pont, Ebisu-hashi, spécialement construit à cet effet qui enjambe la rivière Dotonburi, pour visiter le sanctuaire de si bon augure.

Aujourd'hui encore, chacun vient chercher pendant trois jours, du 9 au 11 janvier, la réussite en affaires et l’épanouissement personnel pour l’année à venir. La coutume remonte à l’époque d’Edo (1603-1868) et devint particulièrement populaire dans la région du Kansai, Osaka en tête.

Pour la chance, des branches de bambous décorées d’amulettes sont distribuées ou vendues durant ces jours de fêtes. Le 10 janvier, l’événement bat son plein lors du défilé du Palanquin de la chance où six cents personnes, dont des geishas et des fuku-musume (sorte de prêtresses qui apportent la bonne fortune) défilent sur des palanquins et offrent aux visiteurs des présents de bon présage.

Les fuku-musume ou la consécration

Elles se préparent toute l’année, passent plusieurs auditions pour le jour J… Les fuku-musume, ces jeunes femmes qui distribuent la bonne fortune, ont dû passer plusieurs étapes de sélection parmi trois mille concurrentes afin d’avoir l’honneur de parcourir les rues d’Osaka lors du plus fameux défilé du Toka Ebisu, entourées de dizaines de personnalités de la ville et de geishas.

Les alentours animés de l’Imamiya Ebisu

Avant,pendant et après le défilé, des stands vendent dans l’enceinte du sanctuaire des petits gâteaux de riz, des porte-bonheur et autres babioles dont les Japonais raffolent. Le 10 janvier au matin, un grand marché aux poissons est organisé où est principalement vendue de la daurade, poisson très populaire pour les célébrations.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs