Le Château d'Osaka   大坂城

Date de publication :
Château d'Osaka

Façade du château d'Osaka.

Château d'Osaka

Château d'Osaka

Les balafres effacées

Un peu excentré, entouré de gratte-ciels et d’une muraille qui lui donne des allures de forteresse, le Château d'Osaka, imposant et majestueux, veille sur la ville. C'est un des châteaux les plus emblématiques de l’archipel.

Incendié, détruit puis reconstruit, mis à sac et ravagé… L’histoire du Château d'Osaka se lit en conquêtes et en batailles. Après avoir unifié le Japon, le daimyo -gouverneur à l’époque féodale - TOYOTOMI Hideyoshi (1536-1598) décide d’ériger à Osaka un symbole de puissance, de défense, de grandeur. 

Initialement fait de granit, l’ensemble de l’Osaka-jô est terminé en 1583. Le dernier unificateur du Japon, TOKUGAWA Ieyasu (1543-1616), détruit, en 1615, le site… reconstruit dans les années 1620 par son propre fils TOKUGAWA Hidetada (1579-1632). Les siècles qui suivent voient se succéder incendies et destructions, notamment celle de 1868, où le shôgunat Tokugawa perd le pouvoir et l’Osaka-jô.

Peau neuve

En 1931, la tour principale du domaine est reconstruite ; pendant la Seconde Guerre mondiale, le château est épargné. Il connaît une importante rénovation en 1997. Reconstruit au XXe siècle, le granit a cependant laissé sa place au béton.

Composé de huit étages, le donjon – le site avait une fonction militaire – possède une importante collection d’armes, armures et objets du quotidien du château, réunis dans le Musée de l’Osaka-jô (gratuit pour les moins de 15 ans, 600 yens par adulte). 

Au huitième étage se dévoile la ville et un panorama qui vaut les quelques marches à gravir. Une fois redescendus, profitez du parc et de ses six cents cerisiers, tout en apercevant les douves, les tourelles et portes qui veillent çà et là. L’authenticité s’en est allée, le cadre, non.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs