Osaka Shôchiku-za   大阪松竹座

Date de publication :
Théâtre Osaka Shôchiku-za.

La salle du théâtre Osaka Shôchiku-za.

Théâre Osaka Shôchiku-za

Scène du théâtre Osaka Shôchiku-za.

Au théâtre ce soir

Au milieu des buildings affublés de néons du quartier Dôtomburi, un drôle d'édifice attire l’œil des passants. Des colonnes et du marbre, une blancheur qui interloque ce chaos électrique. Il s'agit du théâtre de kabuki d'Osaka, le Shôchiku-za.

Aujourd'hui encore, la longue histoire du Kabuki se perpétue dans plusieurs théâtres du pays qui présentent, chaque saison, des pièces du répertoire classique. Celui d'Osaka surprend de par son architecture occidentale, qualifiée par son créateur de « néo-renaissance ». Surnommé « l'arc de triomphe », il s'empare des codes classiques des bâtisses occidentales, pour présenter des œuvres des plus nippones. Contraste frappant, la curiosité du visiteur n'en est que plus attisée. Osez donc pousser les portes de cette grande institution.

Construite en 1923, cette salle était initialement prévue pour accueillir des œuvres théâtrales ou cinématographiques occidentales, ce qui explique son design. Mais après la Seconde Guerre mondiale, le théâtre traditionnel japonais se vit insuffler une dynamique nouvelle et le Shôchikuza devint l'une des salles de kabuki les plus importantes du pays. 

Somptueux décor

L'intérieur de l’édifice est à l'image de son aspect extérieur : marbre, espaces vastes et épurés, nous sommes loin des pièces en tatami cloisonnées par des parois coulissantes. La salle de spectacle n'a rien à envier aux plus beaux théâtres européens avec son millier de sièges vermillon et son harmonie rouge et blanche.

Chaque année, environ cinq pièces de kabuki sont à l'affiche pendant un mois. En plus de ces œuvres, le théâtre accueille de nombreux spectacles tels que des pièces de théâtre, des concerts ou des comédies musicales. 

Sachez que les spectacles de kabuki, du plus pur style esthétique nippon, durent en moyenne une journée et sont formulés dans un japonais classique difficile à comprendre. Certains non initiés nippons avouent parfois eux-mêmes leur incapacité à saisir toute les subtilités des textes

Mais quand bien même la compréhension des paroles fait défaut, les amateurs peuvent toujours trouver refuge dans le plaisir des sens : la beauté époustouflante des costumes, et les prononciations mélodieuses des répliques enchantent l'esprit. De plus, la plupart des pièces sont de grands classiques du genre, dont un résumé est généralement disponible sur Internet ou dans des ouvrages de référence.

Quel meilleur endroit qu'Osaka, la ville du spectacle, pour une expérience authentique et unique de kabuki ?

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs