Temple Shitennôji   四天王寺

Date de publication :
Temple Shitennôji

Avec ses plus de 1400 ans d'histoire, ce lieu de culte est non seulement l'un des plus anciens de la ville.

Temple Shitennôji

Le pavillon kôdô, le pavillon kondô et la pagode à cinq étages.

Temple Shitennôji à Osaka

D'adorables tortues peuplent l'étang qui se trouve devant le pavillon du bouddha Yakushi.

Temple Shitennôji

Vestiges dans le jardin du temple Shitennôji.

Quatre rois et un prince

Il était une fois un prince. Séduit par une nouvelle religion, le bouddhisme, venue de Chine, il la défendit corps et âme durant une guerre qui secoua tout le pays. Puis, une fois la victoire venue, il décida de construire un temple magnifique. Cet homme ? Le prince Shôtoku-Taishi. Ce temple ? Le Shitennôji.

Avec ses plus de 1400 ans d'histoire, ce lieu de culte est non seulement l'un des plus anciens de la ville, mais aussi l'un des plus grands. Situé au sud, il plonge le visiteur dans une bulle atemporelle et isole du vacarme urbain. Le périple commence avec l'enceinte extérieure du temple et ses multiples bâtisses aux diverses fonctions. D'adorables tortues peuplent l'étang qui se trouve devant le pavillon du bouddha Yakushi, petites sœurs d'une gigantesque fontaine à l'effigie de l'animal, où vous pouvez jeter à l'eau un vœu écrit sur une fine latte de bambou.

Mais le cœur de ce lieu de culte se trouve en réalité dans la partie intérieure (dont l'entrée est payante) qui regorge de trésors de l'histoire japonaise. Trois bâtiments principaux composent cet ensemble : le pavillon kôdô, le pavillon kondô et la pagode à cinq étages. A l'intérieur du kôdô, de nombreuses statues des diverses divinités du panthéon bouddhique posent leurs regards sévères et majestueux sur les visiteurs. Le kôndô, quant à lui, est célèbre pour ses fresques murales narrant les péripéties de la vie du bouddha historique. Ces peintures modernes furent réalisées en 1959 par le peintre NAKAMURA Gakuryô (1890-1969) en reprenant un style indien qui rend à merveille l'atmosphère de l'Inde antique dans laquelle grandit le bouddha historique Gautama. Enfin, la pagode est sans doute l'élément le plus surprenant de ce monument. Elle fut originellement construite pour accueillir des reliques du bouddha, aujourd'hui perdues. Chose rarissime, cette pagode est accessible au public et il est possible de grimper un à un les étages, à condition d'enfiler des chaussons à l'entrée. Sur les murs, qui rétrécissent au fur et à mesure de la montée, sont exposées les plaquettes votives représentant l'âme des défunts dont les funérailles furent prises en charge pas le temple. Au sommet, une vue imprenable sur l'ensemble du complexe architectural vous attend.

Après la visite du temple, le jardin du Gokuraku-jôdô achèvera de vous porter vers l’Éveil. Cerisiers en fleurs au printemps, étang de lotus en été, érables pourpres en automne et pierres enneigées en hiver, toutes les saisons siéent à merveille à ce paradis végétal.

L'arrivée des bouddhas

Clef historique à la compréhension des religions nippones, le Shitennôji est étroitement lié à Shôtoku Taishi (572-622), qui eut un rôle primordial dans l'installation du bouddhisme au Japon, au VIe siècle. La légende raconte que le prince, alors qu'il s'opposait au clan des Monobe qui voulaient pousser le bouddhisme hors des frontières nippones, sculpta dans le bois les effigies des quatre rois célestes (shitennô). S'adonnant à de longues prières pour obtenir la protection de ces divinités bouddhiques, il fit alors la promesse que s'il gagnait la guerre, il ferait construire un temple majestueux en l'honneur de ces dieux protecteurs. C'est ainsi qu'en 593, après l'officialisation de sa régence sur le Japon, Shôtoku Taishi ouvrit les portes du Shitennôji sur les terres qui avaient été reprises au clan ennemi. Il devint ainsi le premier temple officiel érigé sur une initiative impériale, accordant au bouddhisme le statut de religion d’État. Le prince fut même canonisé après sa mort comme une incarnation du bodhisattva Kannon, tant son rôle fut décisif dans la diffusion de cette religion au Japon. Détruit partiellement à de nombreuses reprises au cours de son histoire, les divers bâtiments qui composent le Shitennôji forment un ensemble composite.

Édifice religieux majeur d'Osaka, ce temple est incontournable pour quiconque s'intéresse à l'histoire temporelle et spirituelle du pays.

Les commentaires Découvrez les commentaires de nos voyageurs